Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Les «Big Tech» étrangers ont réalisé près de 4.000 Mds de wons de ventes en Corée l'année dernière

Science/Tech 20.09.2022 à 09h35
Les «Big Tech» étrangers ont réalisé près de 4.000 Mds de wons de ventes en Corée l'année dernière - 1

SEOUL, 20 sept. (Yonhap) -- Les géants étrangers de la technologie comme Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ont engrangé l'année dernière un chiffre d'affaires combiné de près de 4.000 milliards de wons (2,87 milliards de dollars) en Corée du Sud, ont montré ce mardi des données soumises par le Service national des impôts (NTS) à la députée Jin Sun-mee du Parti démocrate (PD).

Les ventes de ces entreprises étrangères résultant de leurs services électroniques comme les jeux, l'informatique en nuages (cloud computing) et les applications ont englobé 3.984,6 milliards de wons en 2021, selon les données fiscales. Leur chiffre d'affaires global a été multiplié par environ 6,5 par rapport aux 612,1 milliards de wons enregistrés en 2016. Au cours de la même période, le nombre de ces sociétés est passé de 66 à 209.

En particulier, les 10 plus grandes d'entre elles ont représenté 93,1% du total des ventes avec 3.708,6 milliards de wons. En vertu de la loi actuelle, ces «Big Tech» sont seulement soumis à la taxe sur la valeur ajoutée de 10%, étant donné que ce sont des entités juridiques étrangères sans présence physique imposable dans le pays. Cela dit, il est impossible d'identifier la situation actuelle de leurs ventes ou de la déclaration par type de service.

Des observateurs pointent du doigt notamment la possibilité d'évasion fiscale de ces entreprises qui mettent en avant le fait que leurs serveurs soient basés à l'étranger tout en réalisant des activités importantes dans le pays. Afin de prévenir ce type d'évasion fiscale, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) cherche à mettre en place ladite «taxe GAFA» qui consiste à faire payer aux multinationales ultraprospères des impôts pour un quart du bénéfice dit «résiduel» parmi leurs bénéfices globaux dans les pays où elles mènent des activités.

«Nous devons éclaircir la structure des bénéfices des Big Tech multinationaux et imposer minutieusement leurs bénéfices indirects provenant d'un abus de position dominante sur le marché», a demandé la députée, Jin Sun-mee.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page