Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(Interview Yonhap) Le chef de l'agence de la main-d'œuvre militaire préconise l'équité concernant la conscription des membres de BTS

Interviews 20.09.2022 à 18h19

SEOUL, 20 sept. (Yonhap) -- Le chef de l'Administration des effectifs militaires (MMA) a souligné la nécessité de prendre en compte le principe d'«équité» concernant la question de savoir si les membres de BTS devraient être exemptés ou non du service militaire actif obligatoire.

Lee Ki-sik, commissaire de la MMA, a également évoqué l'importance de parvenir à un «consensus social» sur la question, lors d'une interview accordée à l'agence de presse Yonhap la semaine dernière.

«Le service militaire est un devoir constitutionnel (en Corée du Sud) qui doit être appliqué à tous avec équité et égalité. C'est un principe immuable», a-t-il souligné.

La question de savoir si les sept membres du groupe de K-pop doivent servir dans l'armée, comme la plupart des hommes sud-coréens dans la vingtaine, fait l'actualité en Corée du Sud. Tous les hommes valides sont tenus d'effectuer environ 18 mois de service militaire entre 18 et 28 ans, conformément à la Constitution.

Rares sont ceux qui nieraient que le groupe BTS a apporté d'énormes contributions à la culture et à l'économie du pays et qu'il a le potentiel pour en faire encore plus à l'avenir. La question est de savoir si ses membres peuvent pour autant éviter la conscription.

Ces derniers ont déjà bénéficié d'une révision de la loi en 2020 leur permettant de retarder leur service jusqu'à l'âge de 30 ans pour avoir remporté une récompense très médiatisée dans le domaine de la culture.

Cependant, Jin, le membre le plus âgé de BTS, aura 30 ans dans quelques mois. Certains députés ont soumis des projets de loi visant à repousser la limite d'âge à 33 ans ou à introduire un service alternatif.

Lee Ki-sik, commissaire de l'Administration des effectifs militaires (MMA), lors d'une interview avec l'agence de presse Yonhap à Séoul, le 16 septembre 2022.

Les agences gouvernementales concernées doivent examiner la question avec prudence et prendre en compte divers facteurs, tels que la sécurité nationale et l'opinion publique, selon le chef de la MMA, qui a estimé qu'il est difficile d'évaluer officiellement les réalisations des artistes pop, tels que BTS, en termes d'intérêts nationaux, contrairement à celles des athlètes et artistes tels que les musiciens classiques et les danseurs de ballet, qui bénéficient d'exemptions et peuvent suivre une formation militaire de base de plusieurs semaines avant de reprendre leurs activités.

«Concernant les beaux-arts, les artistes sont évalués par des juges crédibles lors des compétitions», a déclaré Lee. «Mais pour ce qui est de la culture pop, les normes sont vagues. En ce qui concerne le palmarès Billboard, les chanteurs ne sont pas évalués par des juges. Au lieu de cela, les résultats sont basés sur la durée d'écoute de la musique par les gens, ou sur le nombre d'albums vendus.»

Lee a ajouté qu'il est temps de modifier le programme de service alternatif en général, étant donné que son armée devrait faire face à une pénurie de main-d'œuvre dans un contexte de baisse continue du taux de natalité.

«Je ne vois pas l'intérêt de maintenir le système tel qu'il est, étant donné que la Corée du Sud va manquer de ressources humaines», a déclaré Lee. «Les réalisations des BTS sont étonnantes, mais si nous voulons lier les compensations à leur devoir militaire, nous devons parvenir à un consensus social basé sur l'équité afin que les jeunes qui s'engagent dans l'armée ne se sentent pas discriminés et frustrés.»

Le nombre d'hommes sud-coréens de 20 ans, qui s'élevait à 333.000 en 2020, devrait tomber à 226.000 en 2025 et à 143.000 en 2040, selon une estimation officielle.

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page