Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le gouvernement appelle les activistes à s'abstenir d'envoyer des tracts vers le Nord

Corée du Nord 23.09.2022 à 14h30
Porte-parole adjointe du ministère de l'Unification, Lee Hyo-jung. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 23 sept. (Yonhap) -- Le ministère de l'Unification a sommé les groupes activistes locaux de s'abstenir d'envoyer des tracts anti-Pyongyang à travers la frontière intercoréenne sur fond d'inquiétudes persistantes selon lesquelles une telle campagne pourrait entraîner une escalade des tensions sur la péninsule coréenne.

Le ministère a clairement déclaré que le gouvernement prendrait une mesure «forte et ferme» si Pyongyang met en œuvre sa menace de représailles contre ceux qui cherchent à diffuser ces prospectus, envoyés habituellement à l'aide de ballons géants.

«Le gouvernement est préoccupé que la diffusion de tracts anti-nord-coréens continue malgré nos appels répétés pour que les organisations s'abstiennent et nous les exhortons de nouveau à s'abstenir d'envoyer des tracts et d'autres matériels», a déclaré la porte-parole adjointe du ministère, Lee Hyo-jung, lors d'un point de presse régulier.

Le mois dernier, Kim Yo-jong, sœur influente du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a réitéré que des tracts envoyés par des activistes au Sud ont été à l'origine de l'épidémie de nouveau coronavirus (Covid-19) au Nord en avertissant de prendre des mesures de représailles mortelles contre le Sud.

Des groupes de transfuges nord-coréens en Corée du Sud font voler des ballons géants transportant des prospectus, des médicaments contre le Covid-19 et d'autres articles près de régions frontalières.

Le gouvernement interdit de tels envois pour protéger la vie et la sécurité des résidents des régions frontalières en notant que ces prospectus peuvent provoquer des actions belliqueuses de la part du Nord. L'interdiction a été imposée quelques mois après que le Nord a fait exploser le bureau de liaison intercoréen à la ville frontalière de Kaesong en 2020 en signe de protestation contre l'échec de Séoul à empêcher ces activités.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page