Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

L'ECCK appelle à des règlements clairs et flexibles sur les VE

Economie 28.09.2022 à 14h19
Logo de la Chambre de commerce européenne en Corée (Revente et archivage interdits)

SEOUL, 28 sept. (Yonhap) -- La Chambre de commerce européenne en Corée (ECCK) a appelé ce mercredi la Corée du Sud à envisager de réviser ses règlements sur les véhicules électriques (VE) et dans plusieurs d'autres secteurs clés afin qu'ils soient plus clairs et plus flexibles conformément aux normes internationales.

L'ECCK a formulé ces recommandations au gouvernement sud-coréen dans son dernier livre blanc annuel qui contient un total de 96 commentaires sur des questions réglementaires concernant 18 industries dont l'automobile, l'énergie, l'environnement, la chimie et l'alimentation. Ces recommandations sont basées sur la conclusion de discussions au sein des 21 comités de l'ECCK qui représentent chaque industrie.

Ses comités automobiles ont proposé à Séoul d'annoncer son objectif d'offre de VE et d'autres véhicules écologiques à l'avance, au moins deux ans avant, afin d'assurer un approvisionnement stable en voitures vertes. Ils ont appelé à réviser les procédures de certification VE pour qu'elles conviennent aux besoins spécifiques des VE alors que les procédures actuelles sont basées sur les voitures équipées d'un moteur à combustion interne.

Le livre blanc a noté la nécessité d'assouplir les règles sur la largeur des véhicules commerciaux de la limite actuelle de 2,5 mètres, contrairement aux 2,55 mètres en Europe, car elle constitue un obstacle à l'accélération de l'introduction de véhicules respectueux de l'environnement tels que des camions et autocars électriques en Corée du Sud.

«L'intention de nos recommandations est d'améliorer l'ensemble de l'efficacité et l'efficience du marché», a déclaré le président de l'ECCK, Christoph Heider, dans une conférence de presse. «J'espère que nous verrons l'administration coréenne jouer un plus grand rôle directeur dans la mise en œuvre de normes internationales et leur respect total, quelque chose qui est d'une importance capitale pour toutes nos entreprises membres», a-t-il souligné.

A propos du secteur de l'énergie, l'ECCK a cité les éoliennes offshore comme l'une des sources d'énergies renouvelables les plus prometteuses en raison des caractéristiques géographiques de la Corée, suggérant l'établissement de directives plus claires et d'un processus d'octroi de permis unifiés afin de renforcer le secteur.

La flexibilité dans les normes d'enregistrement de nouvelle substance pour les importations de produits chimiques, la nécessité d'un temps suffisant pour les périodes de grâce et la collecte de commentaires des industries avant toute révision d'une loi ont été incluses aussi dans les recommandations. L'ECCK a également appelé à un assouplissement des règles liées aux licences de vente au détail pour les importateurs alimentaires et des règlements d'e-commerce pour les vendeurs de boissons alcoolisées.

Selon l'ECCK, le volume total du commerce entre la Corée du Sud et l'UE a augmenté considérablement au cours de la dernière décennie en passant de 61 milliards d'euros (58,5 milliards de dollars) en 2010 à 107 milliards d'euros en 2021. L'ECCK a été établie en 2012 avec comme objectif la promotion des relations commerciales entre l'Europe et la Corée du Sud. L'année dernière, l'ECCK comptait 370 sociétés membres et représentait 50.000 employés travaillant en Corée.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page