Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Yoon-Harris : l'alliance économique et le nucléaire nord-coréen au menu de la rencontre

National 29.09.2022 à 16h41
Yoon et Harris
Entretien au bureau présidentiel
Livre d'or
Le porte-parole adjoint du bureau présidentiel, Lee Jae-myoung

SEOUL, 29 sept. (Yonhap) -- Kamala Harris, vice-présidente des Etats-Unis, en visite d'une journée en Corée du Sud, a été accueillie par le président Yoon Suk-yeol au bureau présidentiel de Yongsan à Séoul ce jeudi matin et ils ont discuté de l'alliance entre la Corée du Sud et les Etats-Unis ainsi que des questions liées au nucléaire nord-coréen et à la Loi sur la réduction de l'inflation (IRA) qui pourrait discriminer les véhicules électriques sud-coréens exportés sur le marché américain.

Sur ce sujet sensible pour les constructeurs automobiles du pays qui ont également investi beaucoup aux Etats-Unis pour la fabrication de véhicules électriques mais qui ne pourraient pas bénéficier des avantages fiscaux avant le début de la production sur le sol américain, le président Yoon a transmis ses craintes en disant que «je souhaite que les deux pays coopèrent étroitement afin d'établir un accord à l'amiable qui pourrait satisfaire les deux côtés sur la base de l'esprit de l'Accord de libre-échange (ALE)», d'après un briefing donné par le porte-parole adjoint du bureau présidentiel, Lee Jae-myoung.

Quant à la vice-présidente américaine, elle a répondu que le président Joe Biden et elle-même comprennent bien les préoccupations de la Corée du Sud et a promis de regarder de très près le dossier afin de trouver des moyens de résoudre les craintes de la Corée du Sud. La rencontre s'est déroulée durant 85 minutes. Yoon a estimé que «la visite de la vice-présidente américaine, juste quatre mois après le déplacement en Corée du Sud du président Biden en mai dernier, montre bien la volonté des deux pays pour une alliance forte.»

«J'ai également rencontré le président Biden à Londres et New York à plusieurs reprises et nous avons discuté et sommes convenus de l'orientation et des moyens pour développer l'alliance entre la Corée du Sud et les Etats-Unis», a poursuivi Yoon en ajoutant que «la visite de la vice-présidente marquera un autre tournant pour le développement de l'alliance entre les deux pays.»

Concernant la controverse sur les paroles vulgaires de Yoon à la sortie d'un évènement organisé par le président américain Joe Biden à New York, après une brève rencontre entre les deux hommes, la vice-présidente américaine a confié que les Etats-Unis n'y attachaient guère d'attention et le président Biden ferait confiance à Yoon après avoir exprimé sa satisfaction de l'avoir rencontré à New York.

Pour ce qui est de la question du nucléaire nord-coréen, le porte-parole adjoint Lee Jae-myoung a indiqué que «les deux parties ont évalué positivement qu'il faut communiquer étroitement afin de renforcer la posture de défense conjointe incluant la dissuasion étendue» en détaillant que «les deux se sont mis d'accord pour appliquer immédiatement des contre-mesures consenties entre les deux pays en cas de 7e essai nucléaire de la Corée du Nord.»

Il y a eu également une discussion sur la coopération pour l'approvisionnement de liquidités financières entre les deux pays avec la confirmation de l'accord conclu par les deux chefs d'Etat. Yoon et Harris ont également échangé sur le plan de visite du président Yoon aux Etats-Unis l'an prochain à l'occasion des 70 ans de l'alliance entre la Corée du Sud et les Etats-Unis.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page