Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Tirs nord-coréens : Washington réaffirme son engagement à défendre Séoul

National 30.09.2022 à 09h16
Des missiles balistiques intercontinentaux présumés Hwasong-17 sont présentés au défilé militaire de masse organisé sur la place Kim Il-sung à Pyongyang, le soir du lundi 25 avril 2022, à l'occasion du 90e anniversaire de la fondation de l'Armée révolutionnaire populaire coréenne (ARPC), d'après une annonce de l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)
La vice-présidente américaine Kamala Harris (à dr.) regarde le jeudi 29 septembre 2022 la Corée du Nord depuis le poste d'observation Ouellette dans la Zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux Corées dans la section ouest de la frontière intercoréenne à Paju, au nord de Séoul. (Pool photo)
Ci-dessus, un message de la vice-présidente américaine Kamala Harris sur Twitter le jeudi 29 septembre 2022, sur sa visite à la Zone démilitarisée (DMZ) durant son voyage en Corée du Sud. (Capture du compte Twitter de Harris. Revente et archivage interdits)

WASHINGTON/SEOUL, 30 sept. (Yonhap) -- Les Etats-Unis ont réaffirmé leur engagement ferme à défendre la Corée du Sud et le Japon ce jeudi, quelques heures après que la Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques. Pyongyang a lancé deux missiles balistiques de courte portée vers la mer de l'Est jeudi soir (heure de Séoul).

«Nous avons connaissance des lancements de deux missiles balistiques et consultons étroitement nos alliés et partenaires», a déclaré le Commandement pour l'Indo-Pacifique des Etats-Unis (USINDOPACOM) dans un communiqué.

«Nous évaluons que ces tirs ne représentent pas une menace immédiate pour la population et le territoire des Etats-Unis ou nos alliés, mais les lancements de missiles soulignent l'effet déstabilisateur des programmes illicites d'armes de destruction massive et de missiles balistiques de la RPDC (République populaire démocratique de Corée)», a-t-il ajouté.

Les lancements de missiles d'hier ont été les troisièmes du genre en moins d'une semaine. Pyongyang a lancé un missile balistique de courte portée dimanche, deux missiles balistiques supplémentaires mercredi et deux autres jeudi. La Corée du Nord a tiré plus de 30 missiles balistiques depuis le début de cette année.

Le premier porte-parole adjoint du département d'Etat américain, Vedant Patel, a déclaré que les Etats-Unis condamnaient les lancements de missiles de Pyongyang mais restaient ouverts au dialogue avec le régime ermite. «Les Etats-Unis condamnent les multiples lancements de missiles balistiques ce matin, deux aujourd'hui et trois plus tôt cette semaine», a dit Patel dans un point de presse téléphonique.

«Ces lancements sont une violation claire des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) et montrent la menace que la RPDC pose à la région ainsi qu'à la communauté internationale», a-t-il ajouté. Le porte-parole adjoint a exhorté Pyongyang à s'engager dans un dialogue. «Nous demeurons fermement déterminés à une approche diplomatique avec la RPDC et appelons le pays à s'engager dans un dialogue. Je note également que notre engagement à la défense de la république de Corée et du Japon, nos deux alliés clés dans la région, reste ferme», a-t-il dit.

La dernière provocation balistique est également intervenue alors que la vice-présidente américaine Kamala Harris a achevé son voyage d'un jour en Corée du Sud. «Je ne saurais trop insister sur le fait que l'engagement des Etats-Unis à défendre la république de Corée est inébranlable et que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela prenne tout son sens», a indiqué Harris à des journalistes à propos de sa visite dans la Zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux Corées.

La vice-présidente a dit plus tard que les Etats-Unis et la Corée du Sud étaient prêts à répondre à toute éventualité. «Près de 70 ans après l'armistice coréen, la menace de conflit demeure mais, comme je l'ai dit à la DMZ, l'alliance Etats-Unis-Corée du Sud est prête à répondre à toute éventualité», a-t-elle indiqué sur Twitter. Dans un autre message sur Twitter, Harris a indiqué avoir réaffirmé l'engagement des Etats-Unis à défendre la Corée du Sud lors de sa rencontre avec le président Yoon Suk-yeol à Séoul.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page