Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Le PPP prolonge la suspension de son ex-chef d'une année

Actualités 07.10.2022 à 11h27
L'ex-chef du Parti du pouvoir du peuple (PPP), Lee Jun-seok. (Photo d'archives Yonhap)

L'ex-chef du Parti du pouvoir du peuple (PPP), Lee Jun-seok. (Photo d'archives Yonhap)

SEOUL, 07 oct. (Yonhap) -- Le comité central d'éthique du Parti du pouvoir du peuple (PPP) au pouvoir a décidé ce vendredi de prolonger la sanction infligée à son ex-chef, Lee Jun-seok, en ajoutant un an de suspension pour violation de la charte du parti selon laquelle toute décision doit être respectée. L'adhésion au parti de Lee avait déjà été suspendue pour six mois en raison d'allégations sur une affaire sexuelle et la décision d'aujourd'hui allongera donc cette période à un an et six mois.

Suite à cette sanction, Lee ne pourra pas être désigné par le parti pour les élections générales prévues en avril 2024 et a également perdu le statut de chef du parti. En outre, le tribunal a rejeté hier la demande d'injonction de Lee pour suspendre le nouveau chef par intérim du parti, Chung Jin-suk, qui dirige actuellement le comité d'urgence du parti. Le comité central d'éthique a ouvert hier une réunion plénière vers 19h et a pris la décision à l'aube de ce vendredi.

Le chef du comité d'éthique, Lee Yang-hee, a noté que «le comité a décidé d'ajouter un an de suspension contre l'ex-chef, Lee, qui a reçu six mois de suspension le 8 juillet dernier. […] La décision a été prise à l'unanimité sans contestation.» La suspension d'adhésion est appliquée immédiatement sans examen à la réunion des dirigeants du parti.

Lee Yang-hee a indiqué que «le PPP a décidé de former un nouveau comité d'urgence à travers une réunion plénière des députés puis a approuvé la modification de la charte du parti allégeant les conditions pour former un comité d'urgence le 30 août dernier mais le partisan Lee a déposé une demande d'injonction contre la modification de la charte et la formation d'un comité d'urgence». Elle a ajouté qu'«il a ainsi violé la charte du parti disant qu'un partisan doit respecter l'opinion du parti qui a été décidée.»

«Le comité d'éthique a pris cette décision en synthétisant les causes alors que le partisan Lee a commis des actes nuisibles contre le parti et violé le texte de la charte du parti en alourdissant le conflit interne qui a mis le parti loin des opinions publiques», a ajouté la chef du comité d'éthique. Lee Jun-seok a été convoqué par le comité d'éthique mais il n'a pas fait le déplacement. Avec cette décision, le PPP pourrait procéder au rétablissement de son leadership mais l'ancien chef Lee a prévu de faire une septième demande d'injonction contre cette décision de sanction additionnelle à son encontre.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page