Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(2e LD) Perquisitions au QG du PD et au domicile du «bras droit» de son chef

Actualités 09.11.2022 à 16h59
Le Parquet s'apprête à perquisitionner le bureau de Jeong Jin-sang, secrétaire général adjoint du président du Parti démocrate (PD), Lee Jae-myung, le mercredi 9 novembre 2022.

Le Parquet s'apprête à perquisitionner le bureau de Jeong Jin-sang, secrétaire général adjoint du président du Parti démocrate (PD), Lee Jae-myung, le mercredi 9 novembre 2022.

Des piles de documents sont déplacées vers le Parquet central du district de Séoul le mardi 8 novembre 2022.

Des piles de documents sont déplacées vers le Parquet central du district de Séoul le mardi 8 novembre 2022.

SEOUL, 09 nov. (Yonhap) -- Le Parquet a perquisitionné le QG du Parti démocrate (PD) et le domicile d'un membre de l'entourage du président du PPD, Lee Jae-myung, ce mercredi pour des allégations selon lesquelles il aurait reçu des pots-de-vin de développeurs immobiliers, ont déclaré des officiels.

Le Parquet central du district de Séoul a envoyé des enquêteurs au domicile de Jeong Jin-sang, secrétaire général adjoint de Lee, pour saisir des preuves liées aux allégations, selon les officiels. Les enquêteurs du Parquet ont été également envoyés au QG du PD à Yeouido à Séoul, où se trouve le bureau de Jeong, pour une perquisition. Le secrétariat de Lee à l'Assemblée nationale a également fait l'objet d'une perquisition.

Jeong, surnommé le «bras droit» de Lee, est connu pour être l'un des deux confidents les plus proches du président du PD, avec Kim Yong, chef adjoint de l'Institut pour la démocratie, un think tank affilié au parti.

Jeong est accusé d'avoir reçu près de 100 millions de wons (72.637 dollars) de développeurs immobiliers au centre du scandale de corruption pour un projet de développement immobilier à Daejang-dong à la ville de Seongnam, au sud de Séoul, entre 2014 et 2020 en échange de faveurs commerciales.

La perquisition d'aujourd'hui intervient un jour après que les procureurs ont inculpé Kim pour avoir reçu des fonds politiques illégaux d'une valeur de 847 millions de wons (591.000 dollars) de la part de développeurs immobiliers. Le Parquet soupçonne que Jeong a divulgué l'information de développement immobilier qu'il a obtenue lorsqu'il a travaillé pour la ville de Seongnam et la province du Gyeonggi aux prometteurs immobiliers, dont l'avocat Nam Wook, pour les aider à amasser d'énormes bénéfices du projet de Daejang-dong.

Les procureurs soupçonnent également que Jeong et Kim ont eu une relation étroite depuis 2010, ont été invités à des soirées arrosées et ont reçu des cadeaux de fête traditionnelle de la part des développeurs. Jeong est aussi soupçonné d'avoir tenté de faire taire Yoo Dong-gyu, ancien président par intérim de Seongnam Development Corp., un suspect clé du scandale, à l'approche de la perquisition du Parquet au domicile de Yoo en septembre 2021.

Lee était maire de Seongnam lorsque le projet de développement dans la ville a été lancé en 2015. Jeong faisait partie de l'entourage proche de Lee durant son mandat et est ainsi devenu de nouveau un de ses confidents clés lors du mandat de Lee au poste de gouverneur de la province du Gyeonggi. Lee et Jeong ont nié tous les soupçons.

Le PD a fortement dénoncé les perquisitions au bureau et au domicile de Jeong en les décrivant comme un «show politique» visant à attirer l'attention du peuple vers les enquêtes du Parquet après la fin de la période de deuil national pour rendre hommage aux victimes de la bousculade à Itaewon.

«(Nous) dénonçons fortement la dictature du Parquet et la répression politique du gouvernement Yoon Suk-yeol pour éviter une crise totale», a déclaré Lim Sun-suk, une membre du Conseil suprême du PD. «Les tentatives de perquisitions sont le résultat de la collusion entre le gouvernement et le Parquet pour faire tourner la colère du peuple, à la suite du drame d'Itaewon, vers les enquêtes de vengeance politique», a-t-elle souligné.

Concernant la bousculade à Itaewon, le président du PD a appelé Yoon et le gouvernement à assumer la responsabilité de n'avoir pas réussi à protéger la vie et la sécurité du peuple, à commencer avec la démission du Premier ministre, en exhortant également le licenciement des hauts officiels concernés.

«Le parti au pouvoir ne coopère pas dans l'enquête sur la vérité», a dit Lee. «Nous devons nous préparer à une enquête spéciale, qui exige beaucoup de temps», a-t-il ajouté. Le PD et deux autres partis progressistes ont soumis cet après-midi une demande conjointe pour une enquête parlementaire sur le mouvement de foule à Itaewon.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page