Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Affaire de Daejang-dong : le «bras droit» du chef de l'opposition interrogé pour corruption

Actualités 15.11.2022 à 18h00

SEOUL, 15 nov. (Yonhap) -- Les procureurs ont interrogé ce mardi l'un des plus proches confidents du chef de l'opposition Lee Jae-myung sur les accusations de pots-de-vin et de corruption liées à un scandale de développement immobilier à Daejang-dong à la ville de Seongnam, au sud de Séoul, ont déclaré des responsables.

Jeong Jin-sang, secrétaire général adjoint du président du Parti démocrate (PD) et également connu comme le «bras droit» de Lee, a comparu au Parquet central du district de Séoul, dans le sud de Séoul, pour être interrogé.

Il semble que l'enquête se penche de plus en plus sur Lee.

Jeong est accusé d'avoir reçu entre 2013 et 2020 près de 140 millions de wons (105.788 dollars) des promoteurs immobiliers en échange de faveurs commerciales.

Jeong a été chef des politiques de Lee alors que ce dernier était maire de Seongnam, puis gouverneur de la province du Gyeonggi entourant Séoul.

Jeong est connu pour être l'un des deux confidents les plus proches du président du PD, avec Kim Yong, chef adjoint de l'Institut pour la démocratie, un groupe de réflexion affilié au parti, qui a été inculpé la semaine dernière pour avoir reçu des centaines de millions de wons de fonds politiques illégaux de la part des promoteurs immobiliers.

Jeong fait également face à des allégations selon lesquelles on lui aurait promis une participation de 24,5%, soit une valeur de 42,8 milliards de wons, dans le projet de développement lucratif en échange de faveurs commerciales accordées aux promoteurs immobiliers, dont Kim Man-bae.

Il est également accusé d'avoir détruit des preuves en disant à Yoo Dong-gyu, l'ancien président par intérim de Seongnam Development Corp. et un suspect clé dans ce scandale, de jeter son téléphone portable par la fenêtre lorsque les procureurs ont perquisitionné son domicile en septembre de l'année dernière.

Lee et Jeong ont tous deux nié ces allégations.

L'interrogatoire de mardi se focalisera sur la question de savoir si le président du PD, Lee, était au courant ou impliqué dans les actes de Jeong.

Les procureurs devaient également demander un mandat d'arrêt contre Jeong après un interrogatoire supplémentaire.

Lee Jae-myung, le chef du principal parti d'opposition, le Parti démocrate (PD), prend la parole lors d'une réunion parlementaire, le 11 novembre 2022.

Lee Jae-myung, le chef du principal parti d'opposition, le Parti démocrate (PD), prend la parole lors d'une réunion parlementaire, le 11 novembre 2022.

Jeong Jin-sang, secrétaire général adjoint du président du Parti démocrate (PD). (Yonhap News TV)

Jeong Jin-sang, secrétaire général adjoint du président du Parti démocrate (PD). (Yonhap News TV)

eloise@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page