Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Kim Jong-un n'a pas été vu en public depuis un mois

Corée du Nord 18.11.2022 à 15h41
Conférence de Kim Jong-un dans une école
Conférence de Kim Jong-un dans une école

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un donne une conférence durant une visite à l'Ecole centrale des officiers du Parti du travail à Pyongyang le lundi 17 octobre 2022, a rapporté le lendemain l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Yoon et Xi
Yoon et Xi

Le président Yoon Suk-yeol et son homologue chinois Xi Jinping échangent une poignée de main lors de leur sommet tenu dans un hôtel à Bali, en Indonésie, le mardi 15 novembre 2022 (heure locale).

Sommet Corée du Sud-USA-Japon
Sommet Corée du Sud-USA-Japon

Le président Yoon Suk-yeol (à g.), le président américain Joe Biden (au centre) et le Premier ministre Fumio Kishida (à dr.) posent pour une séance photos lors du sommet trilatéral Corée du Sud-Etats-Unis-Japon dans un hôtel de Phnom Penh, le dimanche 13 novembre 2022.

SEOUL, 18 nov. (Yonhap) -- Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un est absent de la scène publique depuis un mois alors que la situation géopolitique internationale est en pleine mutation avec les résultats des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, le dernier sommet entre le président américain Joe Biden et le président chinois Xi Jinping et la guerre en Ukraine.

Sa dernière activité publique remonte au 17 octobre, jour où il s'est rendu à l'Ecole révolutionnaire de Mangyongdae, une école réservée aux enfants de l'élite nord-coréenne, en compagnie de son épouse Ri Sol-ju, d'après une analyse des médias nord-coréens.

Plus tôt, Kim avait assisté à un entraînement militaire des unités d'armes nucléaires tactiques du 25 septembre au 9 octobre et dirigé des tirs d'essai de deux missiles de croisière stratégiques à longue portée le 12 du même mois en réponse à des exercices militaires conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis.

Les médias nord-coréens ont cependant rapporté des actions diplomatiques, notamment sa lettre adressée au président chinois Xi Jinping pour le féliciter de l'obtention de son troisième mandat et une autre envoyée au président syrien Bachar el-Assad pour le 52e anniversaire du «mouvement de redressement».

Sa dernière absence n'est pourtant pas chose rare alors que l'agenda du dirigeant nord-coréen n'a jamais été très chargé au mois de novembre ces dernières années. Il avait disparu des médias pendant 35 jours, du 12 octobre au 15 novembre, en 2020 et 25 jours, du 22 octobre au 14 novembre, l'année dernière.

De surcroît, la Corée du Nord a tendance à utiliser les deux derniers mois de l'année pour préparer les politiques de l'Etat de la nouvelle année. Elle a organisé une réunion plénière et un congrès du Parti du travail à la fin ou au début de l'année ces dernières années.

Cela dit, les activités publiques du numéro un nord-coréen attirent toujours une attention particulière dans un contexte de situation politique complexe aussi bien au plan intérieur qu'extérieur, avec une confrontation plus accentuée entre Corée du Sud-USA-Japon et Corée du Nord-Chine-Russie.

Depuis le lancement du gouvernement conservateur au Sud, Séoul et Washington sont en train d'accroître les pressions militaires contre le Nord en effectuant de nombreux exercices conjoints et Pyongyang ne cesse de son côté d'effectuer des provocations militaires.

En Chine, le Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) s'est achevé le 22 octobre au cours duquel Xi a été reconduit à la tête du pays pour un troisième mandat sans précédent alors que les élections de mi-mandat aux Etats-Unis ont eu lieu le 8 novembre. En marge du sommet du G20 qui s'est tenu plus tôt cette semaine à Bali, un sommet USA-Chine a eu lieu le 14 novembre, ainsi que le tout premier sommet entre le président Yoon Suk-yeol et Xi le lendemain.

«Kim avait besoin d'une mise en scène spectaculaire illustrée dans sa randonnée à cheval au mont Paektu à la fin de 2019 sur fond de situation politique internationale complexe mais aujourd'hui il n'en a pas besoin, les relations Corée du Nord-Chine et Corée du Nord-Russie étant meilleures que jamais», a analysé Yang Moo-jin, président de l'Université des études nord-coréennes (UNKS), en ajoutant qu'il est possible que Kim soit en train de faire le point sur l'année et de réfléchir aux politiques à mettre en œuvre l'année prochaine.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Mots clés
Accueil Haut de page