Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(LEAD) Le chef de l'opposition accusé de détenir une participation dans un projet de développement foncier suspect

Actualités 21.11.2022 à 21h21
L'avocat Nam Wook parle aux journalistes avant d'assister à une audience sur le scandale de Daejang-dong au tribunal du district central de Séoul, dans le sud de la capitale, le 21 novembre 2022.

L'avocat Nam Wook parle aux journalistes avant d'assister à une audience sur le scandale de Daejang-dong au tribunal du district central de Séoul, dans le sud de la capitale, le 21 novembre 2022.

SEOUL, 21 nov. (Yonhap) -- Un avocat jugé dans le cadre d'un scandale de corruption lié à un aménagement du territoire à Seongnam, au sud de Séoul, a déclaré ce lundi avoir entendu dire que le chef de l'opposition Lee Jae-myung détenait une participation dans l'un des partenaires du projet.

Nam Wook a également déclaré avoir offert des centaines de millions de wons au camp du chef du Parti démocrate (PD), Lee, lors des élections locales de 2014, alors qu'il se présentait pour être réélu maire de Seongnam, au sud de Séoul.

Nam Wook a fait ces allégations lors d'une audience au tribunal du district central de Séoul sur le scandale de développement de Daejang-dong, quelques heures après avoir été libéré de prison dimanche à minuit en raison de l'expiration de sa période de détention.

Le scandale est centré sur les allégations selon lesquelles un petit nombre de sociétés privées de gestion d'actifs, dont Hwacheon Daeyu et Cheonhwadongin n° 1, ont été autorisées à récolter des bénéfices d'investissement astronomiques d'un projet de développement immobilier dans le district de Daejang-dong à Seongnam en 2015, lorsque le chef du Parti démocrate, Lee Jae-myung, était le maire de la ville.

Nam a témoigné devant le tribunal qu'il savait depuis février 2015 que Cheonhwadongin n° 1 appartenait au bureau du maire de Seongnam de l'époque, Lee, et qu'il l'avait appris de Kim Man-bae, le propriétaire de Hwacheon Daeyu.

L'avocat a poursuivi en disant qu'il allait maintenant commencer à dire la vérité (sur le propriétaire de Cheonhwadongin n° 1), bien qu'il ne l'ait pas fait lors d'un précédent interrogatoire par les procureurs l'année dernière pour de nombreuses raisons, notamment l'élection présidentielle.

«Il y avait une élection à cette époque, et j'étais trop effrayé et étourdi pour parler franchement», a déclaré Nam lorsqu'on lui a demandé pourquoi il n'avait pas dit la vérité l'année dernière. Il a également insisté le mois dernier sur le fait que le camp de Lee détenait une part importante des partenaires privés du projet Daejang-dong.

Les suspects du scandale ont précédemment déclaré que Kim était le véritable propriétaire de Cheonhwadongin n° 1, qui a reçu un dividende de 120,8 milliards de wons (89 millions de dollars), mais nombre d'entre eux sont récemment revenus sur leurs déclarations pour affirmer que le camp de Lee détenait une part cachée du partenaire.

Kim a toujours revendiqué la propriété de Cheonhwadongin n° 1, mais Nam, le comptable Jeong Young-hak et Yoo Dong-gyu, ancien président par intérim de Seongnam Development Corp. et principal suspect dans le scandale du développement, ont récemment révélé qu'il existait entre eux une promesse secrète de donner 42,8 milliards de wons au camp de Lee.

Nam a également affirmé avoir livré au moins 400 millions de wons au camp de Lee en 2014, lorsque ce dernier se présentait à sa réélection en tant que maire de Seongnam. La majeure partie de cette somme a été utilisée pour la campagne électorale, a-t-il affirmé. Le 4 juin, Lee a remporté l'élection.

De plus, Nam a témoigné que Kim a livré des fonds de campagne supplémentaires à Jeong en 2018 pour la campagne de Lee au poste de gouverneur de la province du Gyeonggi.

Nam a déclaré n'avoir pas été spécifiquement informé du montant exact ou du moment de la livraison des fonds par Kim, mais qu'il avait pris connaissance de la livraison après la fin de l'élection.

Nam a également déclaré avoir remis 352 millions de wons à Yoo en 2013 après avoir été informé que l'argent serait remis à deux des plus proches collaborateurs de Lee, Jeong Jin-sang et Kim Yong.

Jeong et Kim Yong, qui occupaient de hauts postes au sein du PD, ont été mis en état d'arrestation pour des accusations de corruption et de pots-de-vin liées aux suspects du scandale de Daejang-dong.

Yoo a également témoigné devant le même tribunal que lui, Jeong et Kim Yong avaient droit ensemble à 70 milliards de wons de dividendes de Cheonhwadongin n° 1.

Jeong, vice-chef de cabinet du président du PD, a été placé en détention provisoire samedi dernier, accusé d'avoir reçu environ 140 millions de wons (106.100 dollars) de Yoo et d'autres promoteurs immobiliers de Seongnam entre 2013 et 2020 en échange de faveurs commerciales.

Kim Yong, directeur adjoint du groupe de réflexion de l'Institut pour la démocratie du PD, a été inculpé le 8 novembre pour avoir reçu 847 millions de wons de fonds politiques illégaux de la part des mêmes promoteurs immobiliers.

Lee et ses deux assistants arrêtés ont catégoriquement nié les allégations de corruption, les qualifiant de «roman mal écrit».

mathieu@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page