Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Missiles nord-coréens : Washington appelle à une action du CSNU en visant la Chine et la Russie

International 22.11.2022 à 09h12
L'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield prend la parole lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies tenue à New York le 21 novembre 2022 (heure locale) pour discuter des récents tirs de missiles nord-coréens. (Capture d'écran de l'UN Web TV. Revente et archivage interdits)
L'ambassadeur de Chine auprès de l'ONU, Zhang Jun, prend la parole lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies tenue à New York le 21 novembre 2022 (heure locale) pour discuter des récents tirs de missiles nord-coréens. (Capture d'écran de l'UN Web TV. Revente et archivage interdits)

WASHINGTON/SEOUL, 22 nov. (Yonhap) -- Les Etats-Uins ont appelé ce lundi le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) à prendre une action suite aux récentes provocations balistiques de la Corée du Nord en affirmant que l'absence d'action en raison de l'opposition de la Chine et de la Russie a permis à Pyongyang de continuer ses actes de provocation.

La Chine a de nouveau refusé de tenir Pyongyang responsable de ses provocations lors de la 10e réunion du CSNU tenue cette année sur la Corée du Nord. «Depuis trop longtemps, la RPDC (République populaire démocratique de Corée) agit en impunité. Elle effectue des lancements de missiles balistiques déstabilisateurs sans craindre une réponse ou des représailles de la part de ce conseil», a déclaré l'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, lors de la réunion du CSNU à New York.

«C'est la 10e fois que nous nous réunissons sans action significative. La raison est simple : deux membres disposant d'un droit de veto du conseil sont en train de permettre et encourager la RPDC», a-t-elle ajouté en faisant référence à la Chine et à la Russie.

L'ambassadeur de Corée du Sud à l'ONU, Hwang Joon-kook, qui a participé à la réunion en qualité de représentant de l'un des pays concernés avec son homologue japonais Ishikane Kimihiro, a souligné que Pyongyang est devenu «beaucoup plus agressif et dangereux» après que le CSNU n'est pas parvenu à imposer de nouvelles sanctions suite au test d'ICBM du Nord en mai dernier.

«La RPDC a développé des armes nucléaires en profitant du manque d'actions et des conflits au sein du CSNU», a martelé Hwang dans une critique à peine voilée contre l'absence de réponse internationale causée par l'opposition de la Chine et de la Russie. Pékin et Moscou, tous les deux membres du CSNU avec un droit de veto, ont fait obstacle aux efforts dirigés par les Etats-Unis pour imposer de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord au cours des neuf précédentes réunions du CSNU tenues cette année.

La réunion d'aujourd'hui est intervenue après que la Corée du Nord a effectué un tir d'essai de missile balistique intercontinental (ICBM) le 7 novembre, soit son huitième test d'ICBM depuis le début de l'année. Thomas-Greenfield a noté que le Nord a lancé 63 missiles balistiques cette année, un nombre inédit qui est, selon elle, deux fois et demie plus important que le précédent record annuel du Nord, 25.

«J'encourage et encourage fortement tous mes collègues de ce conseil à se joindre à nous pour condamner fortement la RPDC et prendre des actions destinées à endiguer les avancées d'armes de destruction massive et de missiles balistiques illégaux de la RPDC», a dit la diplomate américaine au cours de la réunion.

Elle a également réaffirmé l'engagement des Etats-Unis à parler avec la Corée du Nord dans le cadre d'une diplomatie sérieuse et continue sans conditions préalables mais a ajouté que Pyongyang n'a pas donné de réponse.

Des membres européens du CSNU, tels que la France, le Royaume-Uni et l'Irlande, ont également condamné les tirs de missiles balistiques nord-coréens en exhortant Pyongyang à s'abstenir d'effectuer de nouvelles provocations et à revenir à la table des négociations. La Chine a rejeté rapidement l'appel des Etats-Unis pour prendre une action et insisté à la place sur le fait que les Etats-Unis doivent en premier montrer leur sincérité vis-à-vis de la Corée du Nord.

«Les Etats-Unis doivent prendre l'initiative, montrer la sincérité, mettre en avant des propositions réalistes et physiques, répondre positivement aux inquiétudes légitimes de la RPDC et transformer le dialogue d'une formalité à une réalité le plus rapidement possible», a déclaré l'ambassadeur de Chine auprès de l'ONU, Zhang Jun, à travers un interprète.

L'envoyé chinois a également sommé les Etats-Unis de prendre des actions pratiques pour «mettre fin aux exercices et assouplir les sanctions contre la RPDC». Pyongyang a avancé plus tôt que ses récents tests de missiles ont été provoqués par des exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud. «Toutes les parties doivent rester calmes, faire preuve de retenue, agir et parler avec prudence et éviter toute action susceptible de faire monter les tensions», a souligné Zhang.

La Russie s'est associée une nouvelle fois avec la Chine, accusant les Etats-Unis d'être les instigateurs des tensions actuelles en Asie du Nord-Est. «A notre avis, la raison pour laquelle cela se passe est claire : le désir de Washington de forcer Pyongyang à se désarmer unilatéralement en mettant en œuvre des sanctions et en exerçant la force», a déclaré la représentante permanente adjointe de la Russie auprès de l'ONU, Anna Evstigneeva, via un interprète.

«Il est évident que les tirs de missiles de Pyongyang sont les résultats de l'activité militaire de confrontation à courte vue menée par les Etats-Unis envers la RPDC, qui affecte à la fois leurs partenaires dans la région et la situation en Asie du Nord-Est ensemble», a-t-elle ajouté.

lsr@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page