Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

François-Philippe Champagne, ministre canadien de l'Industrie : «Le Canada, partenaire de choix»

Actualités 25.11.2022 à 17h04
François-Philippe Champagne
Ministre canadien de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie
Ministre canadien à la FKI
Avec le ministre canadien de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie
Ministres sud-coréen et canadien

SEOUL, 25 nov. (Yonhap) -- L'ambassade du Canada à Séoul a organisé ce vendredi, en partenariat avec la Fédération des industries coréennes (FKI), une session de discussion à l'occasion de la venue en Corée du Sud du ministre fédéral canadien de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, François-Philippe Champagne.

Alors que Séoul et Ottawa se préparent à célébrer le 60e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques formelles (14 janvier 1963), la session, qui s'est déroulée à la FKI Tower, dans le quartier de Yeouido, était destinée à «promouvoir la coopération économique Canada-Corée dans un environnement mondial incertain».

Etaient également présents la chargée d'affaires de l'ambassade du Canada, Tamara Mawhinney, et le vice-président de la FKI, Kwon Tae-shin, qui ont prononcé les discours de bienvenue devant un parterre de responsables de groupes de réflexion, universitaires, membres du gouvernement, hommes d'affaires et chercheurs.

Le ministre a souligné «les énormes opportunités entre les compagnies canadiennes et coréennes». «Nous avons une opportunité unique de réaligner nos chaînes d'approvisionnement pour avoir plus de résilience, notamment dans les minéraux critiques, les semi-conducteurs et l'énergie.»

«Je souhaite que le Canada soit le partenaire de choix des entreprises coréennes dans un monde où il y a beaucoup d'instabilité et de défis. Je pense que ce que nos partenaires coréens recherchent, c'est un partenaire qui va offrir beaucoup de stabilité, et ça c'est le Canada», a répondu en français Champagne à l'agence de presse Yonhap.

Il a poursuivi en disant avoir «beaucoup d'espoir et d'ambition qu'on prenne cette opportunité qui est là devant nous pour faire plus ensemble», rappelant qu'un accord de libre-échange a été signé entre le Canada et la Corée en 2014. «Maintenant, notre mission est donc d'en faire bon usage, c'est-à-dire de voir comment on peut réaligner nos chaînes d'approvisionnement pour s'assurer qu'on soit plus résilient.»

Au dernier jour de son séjour en Corée du Sud, il a confié le bilan de ses activités : «C'est le temps qui manque, ce ne sont pas les rencontres. On avait plus de rencontres qu'on avait de temps. Cela démontre à quel point il y a un engouement et un intérêt des compagnies coréennes pour faire affaire au Canada. Ce que je propose en préparation de la visite du Premier ministre du Canada (prévue en 2023), c'est qu'on regarde pour signer des ententes dans des secteurs très stratégiques qui vont bénéficier aux deux côtés.»

Champagne était accompagné d'une délégation de représentants d'entreprises canadiennes, dont E3 Lithium, Electra Battery Materials, Nano One, Martinrea International, Zentek et Stingray, concentrées principalement dans les batteries, les minéraux critiques, les semi-conducteurs et l'intelligence artificielle.

Par ailleurs, le ministre s'est entretenu avec des dirigeants de grandes entreprises locales comme Hyundai Motor, Samsung Electronics et LG Energy Solution, qui a lancé cette année avec Stellantis la construction d'une grande usine de batteries pour véhicules électriques à Windsor (Ontario).

Le Canada offre des avantages comparatifs intéressants pour les compagnies coréennes, a rappelé Champagne, ajoutant que «le Canada est un attrait pour les talents, les écosystèmes qu'on a bâtis, dans l'aviation et l'automobile notamment, les minéraux critiques et les énergies renouvelables dans un monde où on veut décarboner plusieurs industries».

Le ministre a observé que le Canada était encore le seul pays du G7 à avoir des accords de libre-échange avec tous les autres pays du G7, donnant ainsi un accès préférentiel à 1,7 milliard de consommateurs dans le monde. Il a conclu en disant qu'«il faut rehausser notre niveau d'ambition dans notre relation et s'assurer qu'on bâtisse un partenariat stratégique entre le Canada et la Corée qui va nous amener de la résilience pour l'économie du XXIe siècle».

A son poste actuel depuis janvier 2021, Champagne est originaire du Québec (Longueuil) et a occupé précédemment d'autres postes fédéraux au sein du gouvernement de Justin Trudeau, à savoir ceux de ministre des Affaires étrangères (2019-2021), de l'Infrastructure et des Collectivités (2018-2019) et du Commerce international (2017-2018).

Xavier Baldeyrou

(FIN)

Accueil Haut de page