Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Officiel tué en mer Jaune : le Parquet requiert un mandat d'arrêt contre l'ex-chef du NSC

Corée du Nord 29.11.2022 à 16h15

SEOUL, 29 nov. (Yonhap) -- Le bureau du procureur Lee Hee-dong du Parquet central du district de Séoul a demandé la mise en détention de Suh Hoon, ancien chef du Conseil de sécurité nationale (NSC) et ex-chef du Service national du renseignement (NIS) de l'administration Moon Jae-in, pour des allégations notamment d'abus de pouvoir dans l'affaire de l'assassinat d'un fonctionnaire par l'armée nord-coréenne en mer Jaune en 2020.

Suh Hoon, ex-chef du Conseil de sécurité nationale (NSC) de Cheong Wa Dae lors d'une conférence de presse tenue le 27 octobre 2022. (Photo d'archives Yonhap)

Suh Hoon, ex-chef du Conseil de sécurité nationale (NSC) de Cheong Wa Dae lors d'une conférence de presse tenue le 27 octobre 2022. (Photo d'archives Yonhap)

Le Parquet soupçonne que Suh, ancien chef chargé de la sécurité nationale contre le Nord, a ordonné la suppression de dossiers classés à l'institution concernée par cette affaire en préjugeant que le fonctionnaire en question cherchait à faire défection vers le Nord, lors d'une réunion interministérielle tenue le 23 septembre 2020.

Sur ordre de l'ancien chef du NSC, le ministre de la Défense de l'époque, Suh Wook, aurait supprimé des informations sensibles enregistrées dans le système de sauvegarde des informations militaires, appelé MIMS. Le Parquet a convoqué Suh Hoon les 24 et 25 novembre derniers pour un interrogatoire sur ces allégations et des éléments rapportés jusqu'au président d'alors, Moon Jae-in.

Face à ces allégations et aux convocations du Parquet, Suh Hoon a rejeté littéralement tous les soupçons en disant avoir communiqué tous les faits survenus à l'époque d'une manière transparente, mais le Paquet a jugé qu'il est inévitable de demander un mandat d'arrêt en raison des risques de fuite et de falsification des preuves.

jhoh@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page