Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Séoul : le terme «ennemi» ne signifie pas un refus du dialogue intercoréen

National 06.12.2022 à 15h17
Un exercice de tirs d'artillerie de l'armée nord-coréenne, rapporté par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV), le 21 mars 2020. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

Un exercice de tirs d'artillerie de l'armée nord-coréenne, rapporté par la Télévision centrale nord-coréenne (KCTV), le 21 mars 2020. (Utilisation en Corée du Sud uniquement et redistribution interdite)

SEOUL, 06 déc. (Yonhap) -- Le ministère de l'Unification a déclaré ce mardi que la redéfinition du régime nord-coréen et de son armée comme un «ennemi» dans son livre blanc biannuel sur la défense n'était pas un signe de recul de ses efforts pour la réconciliation intercoréenne.

«L'utilisation du terme "ennemi" est basée sur les caractéristiques des opérations de l'armée», a expliqué un officiel du ministère. «Je dis clairement que l'usage de ce terme de notre armée ne signifie pas un refus du dialogue et de la coopération intercoréens.»

Selon des sources gouvernementales, la Corée du Sud projette de redéfinir le régime nord-coréen et son armée comme un «ennemi» dans son livre blanc biannuel sur la défense qui sera publié le mois prochain sous l'administration conservatrice du président Yoon Suk-yeol.

Par ailleurs, la formulation «principal ennemi» ne semble pas figurer dans la dernière ébauche. Début janvier, quand Pyongyang a tiré un missile balistique, Yoon a décrit le Nord comme un «principal ennemi» sur son compte Facebook, réaffirmant sa ligne dure envers la Corée du Nord.

Concernant les tirs d'obus d'artillerie du Nord, le ministère a indiqué que les provocations du Nord devraient se poursuivre, en faisant remarquer que le problème est que Pyongyang viole de façon continue l'accord militaire intercoréen du 19-Septembre. «Le ministère de l'Unification maintient sa position selon laquelle la Corée du Nord ne doit pas violer l'accord militaire du 19-Septembre et doit le respecter et l'exécuter», a-t-il ajouté.

Pyongyang a tiré hier environ 130 obus d'artillerie vers les zones tampons maritimes en mer de l'Est et en mer Jaune désignées par l'accord militaire.

rainmaker0220@yna.co.kr

(FIN)

Accueil Haut de page