Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

(Interview Yonhap) Guy Parmelin, conseiller fédéral suisse, affiche son optimisme quant aux coopérations innovantes avec Séoul

Interviews 21.05.2023 à 12h00
Guy Parmelin
Guy Parmelin

Le conseiller fédéral suisse et chef du département fédéral de l'Economie, de la Formation et de la Recherche (DEFR), Guy Parmelin, lors d'une interview accordée à l'agence de presse Yonhap, le vendredi 19 mai 2023, à l'ambassade de Suisse en Corée du Sud à Séoul.

SEOUL, 21 mai (Yonhap) -- A l'occasion du 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Corée du Sud et la Suisse, Guy Parmelin, conseiller fédéral en charge du département fédéral de l'Economie, de la Formation et de la Recherche (DEFR) et ancien président de la Confédération suisse (2021), était en visite à Séoul du 18 au 20 mai. Au cours de son séjour, il a rencontré ses homologues sud-coréens du Commerce, de la Science et des PME dans le but de promouvoir le partenariat entre les deux pays.

Lors d'une interview accordée vendredi dernier à l'agence de presse Yonhap, avant l'ouverture de la réception marquant les 60 ans d'amitié entre la Suisse et la Corée du Sud à l'ambassade de Suisse située dans l'arrondissement de Jongno à Séoul, le conseiller fédéral a déclaré : «Je vois des perspectives gagnant-gagnant, peut-être très spécialisées dans tel ou tel secteur, notamment avec les nouvelles technologies, telles que le "quantum".»

En effet, l'ancien président de la Confédération suisse est venu avec une vingtaine de scientifiques suisses, dont Andreas Wallraff et Jonathan Home, tous deux professeurs à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETH Zurich), ainsi que Jacques Ducrest, ambassadeur pour les relations internationales, pour participer à un forum Corée du Sud-Suisse sur les sciences et technologies quantiques qui s'est tenu le 18 mai dernier à l'université féminine Ewha à Séoul. Cet événement s'inscrivait dans la continuité de la visite officielle du président Yoon Suk Yeol à l'ETH Zurich en janvier dernier et concernait le renforcement de la coopération dans le domaine des études quantiques.

Forum Corée-Suisse
Forum Corée-Suisse

Le premier vice-ministre de la Science et des TIC, Oh Tae-seog, pose pour une séance photo avec les participants du forum Corée du Sud-Suisse sur les sciences et technologies quantiques à l'université féminine Ewha à Séoul, le jeudi 18 mai 2023. (Photo fournie par le ministère de la Science et des TIC. Revente et archivage interdits)

Interrogé sur les perspectives de coopération bilatérale, le membre de l'exécutif suisse a également souligné la nécessité de moderniser l'Accord de libre-échange (ALE) entre les pays de l'Association européenne de libre-échange (AELE) et la Corée du Sud. «Il est un peu âgé et nous jugeons qu'il faudrait le moderniser», a-t-il déclaré, envisageant par exemple l'inclusion des nouvelles industries qui ont émergé entre-temps : «En 16 ans, il y eu a de nouvelles technologies, mais pensez aussi à l'e-commerce, à l'intelligence artificielle.» Les pays membres de l'AELE sont l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

Parmelin a aussi dressé la liste des similitudes entre la Suisse et la Corée du Sud : «Il y a des perspectives d'avenir pour ces deux pays, qui sont tous deux de petits pays, qui disposent de peu de matières premières, peu de ressources naturelles (notamment le pétrole), mais qui possèdent de nombreuses qualités en termes d'universités, de formation, d'études et qui sont très haut placés dans l'innovation.»

En ce qui concerne les perspectives en matière d'échanges commerciaux entre les deux pays, compte tenu des caractéristiques économiques respectives, la Suisse ayant des PME très fortes tandis que les conglomérats jouent un rôle central en Corée, il a confié à Yonhap que «les petites et moyennes entreprises suisses représentent 99% de l'économie nationale, et ce sont des entreprises très dynamiques et très spécialisées, avec un immense pouvoir d'innovation. Mêmes les grandes entreprises suisses font appel aux compétences des PME.»

«C'est là que je vois des perspectives gagnant-gagnant, peut-être très spécialisées dans tel ou tel secteur. [...] Nous avons une stratégie en matière d'innovation et de recherche qui fait que les universités et les hautes écoles sont libres, ça fonctionne bottom up (une approche par la base), on ne leur donne pas d'instructions. [...] Je suis convaincu que même les conglomérats coréens sauront utiliser les compétences des PME suisses», a-t-il ajouté.

Le conseiller fédéral suisse Guy Parmelin
Le conseiller fédéral suisse Guy Parmelin

Le conseiller fédéral suisse et chef du département fédéral de l'Economie, de la Formation et de la Recherche (DEFR), Guy Parmelin, lors d'une interview accordée à l'agence de presse Yonhap, le vendredi 19 mai 2023, à l'ambassade de Suisse en Corée du Sud à Séoul.

Interrogé sur l'économie suisse et ses perspectives pour 2023, compte tenu des récents problèmes dans le secteur financier, Parmelin a relativisé : «Il y a beaucoup d'éléments qui nous échappent. Nous ne savons pas si la guerre en Ukraine en Europe va prendre fin. Nous ne savons pas si l'Europe sera touchée par une crise énergétique.» Mais il a poursuivi : «La Suisse, quant à elle, est très bien positionnée actuellement sur le plan économique et sur le plan de ses finances publiques, puisqu'elle a pu, grâce à son système du frein à l'endettement, maintenir un endettement assez bas.»

Affichant de l'optimisme quant à l'économie suisse, Parmelin, a précisé : «S'il n'y a pas de facteurs de déstabilisation, oui, je suis modérément optimiste, et je ne suis pas le seul. Les spécialistes le disent, même en ce qui concerne l'inflation, nous sommes particulièrement bas avec un taux de 2,6 %.»

Pour marquer sa visite officielle en Corée du Sud, Parmelin a adressé un message au peuple coréen en déclarant : « On m'a expliqué qu'en Asie de l'Est, le 60e anniversaire est extrêmement important. En Europe, on célèbre plutôt le 50e, le 75e ou le 100e anniversaire. Je suis donc venu ici pour consolider les relations et exprimer toute l'amitié que nous portons au peuple coréen.» Il a également souligné que la Suisse fait partie de la Commission de supervision des nations neutres en Corée depuis l'armistice de 1953, et que celle-ci célèbrera bientôt le 70e anniversaire du cessez-le-feu sur la péninsule coréenne.

La Suisse prévoit d'envoyer à cette occasion en juillet prochain la conseillère fédérale en charge de la Défense, Viola Amherd, à Séoul. Son collègue Parmelin a déclaré : «Deux conseillers fédéraux suisses sur sept viennent en Corée en une année, j'allais dire que c'est presque de l'amour pour ce pays.» Au cours de sa visite à Séoul, Parmelin a également signé vendredi dernier une déclaration commune avec le ministre sud-coréen de la Science, Lee Jong-ho, visant à renforcer la coopération dans tous les domaines de la recherche, en particulier dans la transformation numérique, la biotechnologie et les sciences et technologies quantiques.

Déclaration commune Corée-Suisse
Déclaration commune Corée-Suisse

Le ministre sud-coréen de la Science, Lee Jong-ho (à g.), et le conseiller fédéral suisse, Guy Parmelin, posent pour une séance photo après avoir signé la déclaration commune pour les coopérations scientifiques et technologiques entre les deux pays, le vendredi 19 mai 2023 à l'ambassade de Suisse en Corée du Sud à Séoul.

Propos recueillis par Oh Jeong-hun et Fabien Schneider

(FIN)

Accueil Haut de page