Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

La Cour suprême ordonne à Mitsubishi d'indemniser des victimes coréennes du travail forcé

29.11.2018 à 15h46 replay time02:18

Regarder la prochaine

SEOUL, 29 nov. -- La Cour suprême a maintenu ce jeudi les verdicts ordonnant à la société japonaise Mitsubishi Heavy Industries Ltd. d'indemniser des victimes coréennes pour les avoir forcés à travailler sans rémunérations au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Le tribunal a confirmé les verdicts prononcés par des cours d'appel concernant deux poursuites judiciaires distinctes en dommages et intérêts, qui avaient ordonné à Mitsubishi de verser entre 100 et 120 millions de wons (89.000-109.000 dollars) à chacune des quatre plaignantes dont Yang Geum-duk, aujourd'hui âgée de 87 ans, et un membre de la famille d'une victime, et 800 millions de wons à chacune des six autres victimes.

Ces décisions sont intervenues près d'un mois après que la plus haute juridiction du pays a confirmé un verdict prononcé en 2013 qui avait ordonné à Nippon Steel & Sumitomo Metal Corp. d'indemniser chacun des plaignants coréens à hauteur de 100 millions de wons. Cette décision du 30 octobre dernier a refroidi les relations entre Séoul et Tokyo.

La Cour suprême a conclu encore une fois que le traité signé en 1965 entre la Corée du Sud et le Japon pour régler les problèmes liés à l'époque coloniale ne met pas fin au droit individuel de demander une indemnisation.

Ces victimes et la famille avaient engagé le procès en 2012 pour travail non rémunéré dans une usine de construction aéronautique de Mitsubishi à Nagoya en 1944.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page