Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 02 jan. -- Le président Moon Jae-in a semblé aujourd'hui reconnaître les difficultés économiques que son projet de réforme aurait causées, mais a déclaré que de telles difficultés étaient attendues dans le cadre du changement nécessaire pour assurer l'avenir du pays et de son économie.

«Nous sommes bien conscients du fait que le développement peut être maintenu et que le bonheur dans notre vie quotidienne peut être assuré quand chaque membre de notre population bénéficiera des avantages de la croissance économique», a déclaré le président lors d'une réunion spéciale avec des décideurs du monde des affaires pour marquer le début de la nouvelle année.

«Mais cela nécessite de changer le fondement et le cadre de notre politique économique. Cela ne peut que prendre du temps et susciter des débats», a-t-il rappelé au siège de la Fédération coréenne des petites et moyennes entreprises (KBIZ). Quelque 300 représentants du gouvernement et chefs d'entreprise étaient présents.

Le président a noté que l'économie du pays se portait mieux que jamais, ses exportations totales ayant dépassé la barre des 600 milliards de dollars américains pour la première fois de son histoire l'an dernier.

La Corée du Sud est également devenue le septième pays du monde à compter plus de 50 millions d'habitants et un revenu par habitant de 30.000 dollars, a-t-il souligné.

«Mais nous sommes maintenant confrontés à un défi sérieux. Avec notre taux de croissance diminuant sous chaque gouvernement précédent, une faible croissance est devenue la norme. Nous sommes devenus mieux lotis, mais le moment où nous serons tous mieux lotis est encore loin», a déclaré le président.

Les propos de Moon font suite à des débats houleux sur la rapidité des hausses du salaire minimum, accusées par beaucoup d'être à l'origine du ralentissement économique qui aurait pu être en partie provoqué par un pic de 16,4% en 2018.

Le salaire minimum a de nouveau bondi de 10,9% à 8.350 wons (6,50 euros) de l'heure au début de l'année.

«Ce n'est peut-être pas facile, car nous prenons un chemin qui n'a jamais été emprunté. Il y a peut-être des domaines que le gouvernement n'a pas non plus prédit ni prévu. Mais ce chemin qui changera notre économie est un chemin qui doit être suivi», a défendu le président.

Néanmoins, Moon a laissé entendre qu'il fallait ralentir le rythme du changement.

«L'année 2018 a été celle où nous avons défini l'orientation de notre politique et créé un cadre institutionnel pour changer le cadre même de notre économie et de notre société. En 2019, nous ferons tout notre possible pour que les citoyens ressentent le résultat de telles politiques», a-t-il affirmé.

Moon a souligné ses efforts pour créer de nouveaux emplois, tout en promettant de promouvoir les investissements des entreprises.

«Nous travaillerons pour créer un environnement favorable à l'investissement des entreprises. Le développement économique et la création de nouveaux emplois résultent de leurs investissements. Les sociétés ne peuvent pas se développer sans innovation et investissement continus. Le gouvernement aidera les firmes à investir activement», a-t-il assuré.

Le président a également promis des efforts pour consolider la paix dans la péninsule coréenne.

«Au cours de l'année écoulée, nous avons eu un aperçu du nombre de nouveaux espoirs que la paix peut créer. Mais la paix dont nous bénéficions maintenant est encore temporaire. Le gouvernement fera de son mieux pour que le flot de la paix devienne une grande vague irréversible l'année prochaine», a-t-il ajouté.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page