Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

La ministre des Affaires étrangères rend hommage à la défunte victime de l'esclavage sexuel

30.01.2019 à 15h32 replay time00:32

Regarder la prochaine

SEOUL, 30 jan. -- La ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha s'est rendue ce mercredi à une chapelle ardente installée à l'hôpital Severance, dans l'ouest de Séoul, pour rendre hommage à Kim Bok-dong, victime sud-coréenne de l'esclavage sexuel de l'armée impériale japonaise qui est décédée lundi à l'âge de 93 ans.

«Restez à jamais dans nos cœurs et l'histoire», a écrit la ministre sur un mur réservé aux messages de condoléances. On pouvait aussi lire «Il ne reste plus beaucoup de temps pour pardonner», «Nous n'oublierons pas» et «Reposez en paix».

Après s'être recueillie devant la chapelle ardente, la ministre a conversé brièvement avec Yoon Mi-hyang, la présidente du Conseil coréen des femmes de réconfort. «Cela est regrettable [...] alors qu'elle s'est battue vraiment dur. Elle était plein d'attentions à notre égard jusqu'au dernier moment», a déclaré Yoon. «Je suis vraiment navrée», lui a répondu la ministre.

A la question des journalistes pour savoir quel sera le devenir du milliard de yens fourni par le gouvernement japonais pour la Fondation pour la réconciliation et la guérison qui est en cours de dissolution, Kang n'a pas répondu.

La défunte, connue pour ses efforts destinés à sensibiliser le public à la question, avait manifesté en septembre dernier devant le ministère des Affaires étrangères à Séoul pour appeler à la dissolution de la fondation controversée qui a été créée suite à l'accord conclu en 2015 entre Séoul et Tokyo sans le consentement des victimes.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page