Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 01 fév. -- Les funérailles de Kim Bok-dong, victime de l'esclavage sexuel, se sont déroulées ce vendredi à l'hôpital Severance de l'université Yonsei à Seodaemun, dans l'ouest de Séoul.

Lee Yong-su, une autre victime, a fait une révérence pour rendre hommage et faire ses adieux à son amie. Plusieurs dizaines d'officiels du Conseil coréen des femmes de réconfort, un groupe civique représentant les victimes, ont également rendu hommage à la victime défunte.

Kim est décédée lundi à l'hôpital Severance à l'âge de 93 ans. Elle souffrait d'un cancer. Yoon Mi-hyang, chef du conseil, a été à ses côtés jusqu'au dernier moment. Kim n'avait pas de famille.

Le cercueil transportant Kim a été transféré vers un véhicule qui attendait à l'extérieur du funérarium de l'hôpital. Autour de 6h30, la voiture a quitté l'hôpital pour se diriger vers un centre géré par le conseil, où Kim a vécu jusqu'à son décès.

La police a contrôlé le trafic et a accompagné le véhicule. Les personnes présentes aux funérailles ont versé des larmes quand la voiture est arrivée à la maison d'accueil.

Gil Won-ok, également une victime qui vivait avec Kim, a caressé doucement le portrait de Kim.

La personne qui portait le portrait de Kim a fait un court arrêt dans sa chambre à coucher. En pointant son armoire, Yoon a promis à Kim qu'elle garderait bien les vêtements qu'elle a portés tous les mercredis pour les rassemblements devant l'ambassade du Japon pour demander des compensations et des excuses officielles à Tokyo.

«Je vais les laisser comme ils sont, c'est promis», a dit Yoon.

Ensuite, le véhicule s'est dirigé vers la place de Séoul pour une cérémonie de commémoration d'où plusieurs centaines de citoyens bénévoles ont marché à pied vers le site original de l'ambassade japonaise.

Ils ont défilé en portant 94 banderoles funèbres, chiffre représentant son âge coréen. Sur l'une des banderoles, on pouvait lire «Envolez-vous comme un papillon», citant ce qu'elle a dit elle-même dans une interview dans laquelle elle avait aussi fait part de son souhait de voir ses cendres dispersées dans la montagne après sa mort.

Le président Moon Jae-in a laissé un message similaire dans le registre des condoléances lorsqu'il s'est rendu à la chapelle ardente pour rendre hommage à la défunte.

Sa voix enregistrée a retenti d'un véhicule d'une chaîne de télévision dans les rues alors que la procession funéraire se dirigeait vers le site de l'ambassade du Japon.

«Vous direz au gouvernement japonais de régler cela le plus vite possible. Vous entendez ? Nous ne nous sommes pas battus pour obtenir des indemnités. Même s'ils donnent 100 milliards (de wons), nous ne les accepterons pas. Ils doivent présenter des excuses.»

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page