Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

La cour rejette le mandat d'arrêt à l'encontre de Seungri

15.05.2019 à 09h24 replay time01:41

Regarder la prochaine

SEOUL, 14 mai -- La Cour centrale du district de Séoul a décidé ce mardi de ne pas émettre de mandat d'arrêt à l'encontre de Seungri, l'ancien membre du groupe de K-pop BIGBANG, soupçonné de détournement de fonds et de proxénétisme dans le cadre de l'enquête sur la boîte de nuit Burning Sun, dans le sud de Séoul.

La cour a estimé qu'il y a «matière à discuter» concernant les allégations de détournement de fonds et qu'il y a peu de chances que Seungri détruise des preuves.

Seungri, 28 ans, est accusé d'avoir offert des services sexuels à des investisseurs japonais en 2015, avec son partenaire en affaires Yoo In-suk, ancien chef de Yuri Holdings Co. Il est également soupçonné d'avoir payé des services de prostitution en 2015.

Les deux hommes sont également accusés d'avoir détourné environ 530 millions de wons (445.700 dollars) de Burning Sun, une boîte de nuit située dans le sud de Séoul, où Seungri a travaillé en tant que directeur des relations publiques en juillet 2016.

La cour a également rejeté le mandat d'arrêt contre Yoo.

La Cour centrale du district de Séoul a tenu audience plus tôt dans la journée pour décider de leur arrestation. Seungri a nié les accusations.

Burning Sun est au centre de scandales sexuels et de drogue impliquant Seungri et d'autres stars de la K-pop. L'établissement a fermé ses portes en février dernier après avoir fait l'objet d'une enquête sur des soupçons d'usage de drogues, de violences sexuelles et de liens douteux avec la police du district.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page