Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEJONG, 22 mai -- L'Institut coréen du développement (KDI) a révisé à la baisse sa prévision de croissance économique 2019 pour la Corée du Sud de 2,6% à 2,4%, devenant ainsi la dernière institution à avoir modifié sa prévision pour la quatrième économie d'Asie.

Le KDI a attribué sa révision à la faible demande intérieure et à l'affaiblissement des exportations.

«Globalement, l'économie sud-coréenne montre des signes de récession, comme les exportations diminuent dans un contexte de ralentissement de la croissance de la demande nationale», a indiqué le KDI dans sa dernière perspective économique.

Celui-ci prévoit une croissance de 2,4% pour l'économie sud-coréenne, tout comme l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

L'OCDE a déclaré hier que la croissance économique devrait se ralentir aux alentours de 2,5% entre 2019 et 2020, citant la faiblesse de la demande intérieure et du commerce extérieur.

La quatrième économie d'Asie a affiché 2,7% de croissance économique en 2018, soit une baisse par rapport à celle de 3,1% de l'année précédente.

Ses exportations ont reculé de 2% sur un an pour s'établir à 48,86 milliards de dollars en avril, accentuant la baisse pour le cinquième mois consécutif en rythme annuel à cause du ralentissement prolongé de l'industrie des puces mémoire et de la faible demande de la Chine qui représente un quart des exportations du pays.

Le KDI a dit que l'escalade des frictions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine aurait des impacts négatifs sur l'économie sud-coréenne. Les Etats-Unis et la Chine totalisent 40% des exportations de la Corée du Sud.

Washington a accru ses tarifs douaniers de 10% à 25% sur 200 milliards de dollars de produits chinois. En représailles, la Chine a annoncé qu'elle imposerait des droits de douane plus élevés sur des produits américains d'une valeur de 60 milliards de dollars.

L'institut géré par l'Etat a déclaré que le timing pour le redressement du secteur des semi-conducteurs et son ampleur pourraient influencer aussi l'économie de la Corée du Sud. Cette dernière a occupé plus de 60% du marché international des puces en 2018.

En avril, la Banque de Corée (BOK) a abaissé sa prévision de croissance pour l'économie sud-coréenne de 2,6% à 2,5%, citant la baisse plus forte que prévu des exportations et des investissements dans les biens d'équipement.

En mars, Moody's Investors Service a revu à la baisse sa prévision de croissance pour la Corée du Sud à 2,1% pour cette année, en faisant référence à l'affaiblissement du cycle d'investissements et au ralentissement du commerce international, ainsi qu'à la baisse de la demande pour les produits intermédiaires de la Chine.

Néanmoins, le ministre de l'Economie et des Finances, Hong Nam-ki, a déclaré au début de ce mois-ci que le gouvernement ne comptait pas ajuster sa prévision de croissance économique.

Le ministère a prédit que le pays afficherait une croissance de 2,6 à 2,7% cette année.

Le KDI a recommandé au gouvernement de chercher des politiques budgétaires et monétaires expansionnistes pour assurer la stabilité économique en réagissant à l'avance à la faible demande aux plans national et international.

La BOK a annoncé plus tôt ce mois-ci qu'elle maintiendrait sa politique monétaire accommodante. Elle a augmenté son taux directeur à 1,75% en novembre 2018 et l'a maintenu à ce niveau depuis.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page