Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 17 août -- La Corée du Nord a dit samedi avoir testé une «nouvelle arme» sous la supervision de son dirigeant Kim Jong-un après les tirs la veille de deux projectiles.

Kim «a une nouvelle fois supervisé le tir d'essai d'une nouvelle arme vendredi matin», a indiqué l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). «Les scientifiques de la défense nationale ont montré le résultat parfait du tir d'essai et ont contribué à cimenter la confiance dans ce système d'armement.»

«C'est le but de notre parti dans le domaine de la défense que de posséder des capacités militaires invincibles que personne ne puisse oser défier et de continuer à les renforcer», a déclaré Kim, selon KCNA.

«Tous doivent avoir à l'esprit que c'est le projet central et la ferme volonté du parti en matière de défense que de posséder une telle force puissante qui soit assez forte pour dissuader toute force (étrangère) d'oser nous provoquer.»

KCNA n'a pas donné plus de renseignements sur l'arme en question.

L'armée sud-coréenne a indiqué hier que la Corée du Nord a tiré deux projectiles qui seraient des missiles balistiques de courte-portée depuis sa côte est. Ils auraient volé 230 km à une altitude maximale de 30 km, selon Séoul.

Selon des experts militaires, les projectiles seraient similaires extérieurement au Tactical Missile System (ATACMS) de l'armée américaine, un missile sol-sol balistique.

Les tirs de vendredi ont eu lieu six jours après les tirs de deux projectiles, estimés être des missiles balistiques de courte-portée, bien que le Nord a dit par la suite avoir testé «une nouvelle arme». Il s'agit de la sixième série de tirs depuis juillet.

La Corée du Nord effectuerait ces tirs en protestation des manoeuvres militaires conjointes entre Séoul et Washington, qu'elle estime préparer une invasion.

Pyongyang a critiqué Séoul pour parler de paix et de coopération intercoréenne tout en menant ces exercices. Le Nord a averti en début de semaine qu'il ne reprendra pas le dialogue intercoréen tant que Séoul ne fournira pas une «excuse plausible» pour la tenue des exercices.

Un porte-parole du comité nord-coréen en charge des affaires intercoréennes a indiqué vendredi dans un communiqué que Pyongyang n'a pas l'intention de discuter avec Séoul une fois les manoeuvres militaires terminées. Il a également critiqué l'«impudence» du président sud-coréen Moon Jae-in, qui a dans son discours du jour de la Libération réaffirmé son engagement envers le dialogue intercoréen.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page