Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 23 août -- Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho a dit vendredi que «c'est un mauvais calcul si les Etats-Unis veulent nous confronter avec des sanctions sans abandonner leur attitude hostile», a rapporté l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

Ri a aussi averti que Pyongyang resterait «la plus grande menace» pour Washington pendant longtemps si les Etats-Unis maintiennent une position hostile.

«Nous sommes prêts au dialogue mais aussi à la confrontation», a-t-il ajouté.

Ri a critiqué notamment le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo en le décrivant comme une «plante toxique» parmi les diplomates américains et en évoquant des propos tenus dans une interview selon lesquels il est optimiste sur le fait que le dirigeant Kim Jong-un tiendra sa promesse de dénucléarisation et, dans le cas contraire, les Etats-Unis maintiendront les sanctions les plus sévères de l'histoire.

«Si les Etats-Unis rêvent toujours que tout est possible avec les sanctions, nous n'avons pas de choix que de les laisser rêver ou de les réveiller», a dit Ri.

La critique est intervenue un jour après que le Nord a affirmé qu'il n'était pas intéressé par le dialogue tant que les menaces militaires continueront, en pointant du doigt l'achat par Séoul de chasseurs furtifs F-35 fabriqués aux Etats-Unis. Elle fait suite aussi à des propos tenus part l'envoyé nucléaire américain Stephen Biegun mercredi à Séoul selon lesquels Washington est prêt à reprendre les négociations avec Pyongyang.

Coïncidant avec la fin de l'exercice militaire conjoint sud-coréano-américain, la visite de Biegun en Corée du Sud a suscité beaucoup d'espoirs de voir une reprise des négociations nucléaires au niveau des groupes de travail entre Pyongyang et Washington suite à la rupture du sommet de Hanoï au mois de février.

Le sommet a échoué car aucun terrain d'entente n'a été trouvé sur le degré de dénucléarisation de Pyongyang et les allègements des sanctions de Washington.

La Corée du Nord a haussé le ton contre la Corée du Sud et les Etats-Unis ces derniers jours en attribuant l'actuelle escalade des tensions à leur exercice militaire conjoint durant la période estivale.

Pyongyang a également fustigé Séoul pour le renforcement de ses armes, à savoir l'introduction de chasseurs furtifs F-35A. Séoul envisage de déployer un total de 40 F-35A sur son territoire à l'horizon de 2021.

Les spéculations se sont multipliées sur la possibilité de voir les Etats-Unis et la Corée du Nord relancer bientôt leurs négociations sur la dénucléarisation comme le président américain Donald Trump a évoqué plus tôt que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a fait part de sa volonté de redémarrer des discussions une fois que l'exercice militaire entre Séoul et Washington sera achevé.

Trump et Kim avaient convenus de rouvrir des discussions entre groupes de travail dans les semaines suivantes lorsqu'ils se sont rencontrés à la frontière intercoréenne le 30 juin. Les réunions n'ont toutefois pas eu lieu sur fond d'escalade des tensions provoquées par la récente série de tirs de projectiles de Pyongyang pour protester contre l'exercice militaire conjoint entre Séoul et Washington.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page