Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

Moon prendra plus de temps avant de décider de la nomination du candidat au poste de ministre de la Justice

09.09.2019 à 07h58 replay time02:41

Regarder la prochaine

SEOUL, 08 sept. -- Le président Moon Jae-in va probablement prendre plus de temps avant de décider de nommer ou non son candidat en difficulté au poste de ministre de la Justice, a déclaré ce dimanche un responsable présidentiel, alors que l'opposition demande le retrait de la nomination.

Beaucoup s'attendaient à ce que Moon nomme officiellement son nouveau ministre de la Justice ce week-end.

Cho Kuk, professeur de droit et ancien conseiller présidentiel aux affaires civiles, a été désigné candidat au poste de ministre de la Justice le mois dernier, une décision qui montrerait la volonté du président de réformer le Parquet pour garantir sa neutralité politique et accorder plus de pouvoir d'enquête à la police.

Après beaucoup de retard, son audition de confirmation a eu lieu vendredi, pendant laquelle Cho a été entendu sur une série d'allégations de méfaits impliquant sa famille, allant de traitements préférentiels accordés à sa fille dans des écoles prestigieuses à un placement douteux fait par sa famille dans un fonds de placement privé.

Sa femme, professeur dans une université, aurait fabriqué un certificat de reconnaissance, au nom du président de l'université, pour le travail volontaire fourni par sa fille à l'institut d'anglais de l'école. Elle a été mise en examen vendredi soir pour fabrication de faux documents alors qu'était en cours l'audition de confirmation de son mari.

Cho a nié toutes ces allégations. Le principal parti d'opposition, le Parti Liberté Corée, affirme que ses explications ne sont pas suffisantes pour lever les soupçons et exige que Moon retire immédiatement la nomination.

«Le président Moon va probablement passer la journée à chercher conseil à l'intérieur et à l'extérieur du bureau présidentiel Cheong Wa Dae», a déclaré un responsable de Cheong Wa Dae sous couvert d'anonymat, laissant entendre que la décision pourrait ne pas être annoncée ce dimanche.

Un autre responsable du bureau présidentiel a appelé à la prudence, affirmant que rien n'a été déterminé quant à savoir si et quand la nomination sera annoncée.

La nomination a suscité non seulement des querelles partisanes mais aussi un rare différend entre le bureau présidentiel et l'accusation, qui a intensifié son enquête sur Cho, effectuant des perquisitions dans plusieurs endroits fréquentés par les membres de sa famille.

Cette action rapide, cependant, a fait sourciller certains responsables du gouvernement et députés du parti au pouvoir, qui a critiqué l'accusation pour tenter d'influencer l'audition de confirmation.

Le Parquet et le bureau présidentiel se sont affrontés la semaine dernière, le premier n'exigeant aucune ingérence extérieure dans son enquête et le second affirmant qu'aucune intervention de ce type n'a eu lieu.

La nomination de Cho envenirmerait les querelles parlementaires, selon des observateurs. Le parti d'opposition menace d'organiser une grande manifestation contre le gouvernement.

Un sondage a montré que près de la moitié des personnes interrogées s'opposent à la nomination de Cho au poste de ministre de la Justice.

Selon le sondage réalisé par Hankook Research auprès de 1.003 adultes un jour après l'audition de confirmation, 49% ont dit qu'ils s'opposaient à la nomination de Cho, tandis que 37% ont dit être en faveur de celle-ci.

Le sondage a une marge d'erreur de plus ou moins 3,1 points de pourcentage et un niveau de confiance de 95%.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page