Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 19 nov. -- Le négociateur en chef nord-coréen Kim Myong-gil a déclaré ce mardi que le dialogue entre la Corée du Nord et les Etats-Unis était «impossible» à moins que les Etats-Unis ne prennent une «décision audacieuse pour retirer la politique hostile» contre le pays communiste.

Kim a tenu ces propos dans une interview accordée à l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) et a révélé que les Etats-Unis ont récemment proposé via la Suède de tenir une nouvelle série de négociations en décembre après les discussions entre groupes de travail d'octobre à Stockholm.

«Comme nous l'avons déjà dit à plusieurs reprises, le dialogue RPDC-Etats-Unis est impossible à moins que les Etats-Unis ne prennent une décision audacieuse pour retirer la politique hostile vis-à-vis de la RPDC», a déclaré Kim. La RPDC est le sigle du nom officiel de la Corée du Nord, République populaire démocratique de Corée.

Kim a également noté que la Suède «n'a plus besoin de travailler pour» le dialogue Etats-Unis-Corée du Nord en ajoutant que ce n'est «pas à cause d'un manque de canal de communication ou médiateur» que les négociations ne se sont pas encore tenues.

Le négociateur a dit que les Etats-Unis ont fait une offre de reprise du dialogue à travers la Suède afin de «ne pas donner l'impression qu'ils passent de la pommade» au Nord.

L'interview de Kim constitue la troisième annonce du Nord faisant pression sur les Etats-Unis en moins de 24 heures.

Lundi dernier, Kim Kye-gwan, un ancien négociateur nucléaire nord-coréen, a publié un communiqué indiquant que le Nord n'est plus intéressé par la tenue d'un nouveau sommet avec Washington, en affirmant que Pyongyang n'a «rien» obtenu lors des précédentes rencontres.

Le communiqué a été suivi d'un autre, publié juste quelques heures plus tard par Kim Yong-chol, qui a été lui aussi un négociateur nucléaire. Celui-ci a souligné que les Etats-Unis «ne devraient même pas rêver» d'avoir des négociations sur la dénucléarisation avec le Nord avant de retirer sa «politique hostile» contre lui.

Un officiel du ministère de l'Unification avait déclaré plus tôt que la Corée du Nord avait intensifié la pression sur les Etats-Unis en publiant une série de communiqués soulignant leur position avant la reprise de leurs discussions nucléaires.

Après la rupture du deuxième sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en février dernier, le Nord a averti qu'il chercherait une «nouvelle voie» à moins que Washington ne vienne avec une proposition acceptable d'ici la fin de l'année.

Les derniers pourparlers entre le Etats-Unis et la Corée du Nord ont eu lieu début octobre à Stockholm mais la rencontre s'est terminée sans progrès. Pyongyang a attribué cet échec à Washington, en lui demandant de faire une nouvelle proposition.

Après ces discussions, la Suède a déclaré prévoir d'envoyer de nouvelles invitations aux deux pays, en ajoutant qu'elle restera «proactive» afin de les encourager à se rencontrer de nouveau.

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont annoncé dimanche dernier le report de leurs exercices militaires aériens conjoints qui étaient prévus plus tard ce mois-ci pour soutenir les efforts diplomatiques. Cependant, Pyongyang s'est moqué de cette décision, en indiquant qu'il veut la fin complète de ces exercices.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page