Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

La vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères exhorte de nouveau les USA à abandonner leur «politique hostile»

21.11.2019 à 10h21 replay time01:44

Regarder la prochaine

SEOUL/MOSCOU, 21 nov. -- La vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui, a de nouveau appelé ce mercredi Washington à renoncer à sa «politique hostile» contre Pyongyang, affirmant que la dénucléarisation pourrait être réexaminée lors de pourparlers à venir uniquement après l'abolition de cette politique.

Choe a tenu ces propos à l'issue d'une rencontre avec des hauts officiels russes, dont le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à Moscou. Elle est arrivée dans la capitale russe pour le dialogue stratégique inaugural entre les deux pays sur des questions bilatérales et internationales.

«A mon avis, les discussions relatives à la question nucléaire pourraient avoir été retirées de la table des négociations pour de futures négociations», a déclaré Choe à la presse.

«Je pense que la question nucléaire pourra être à nouveau discutée lorsque les Etats-Unis auront aboli toute politique hostile à l'égard de la Corée du Nord», a-t-elle ajouté.

Parlant des perspectives d'un autre sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, la haute diplomate a déclaré que les pourparlers entre les dirigeants pourraient ne pas intéresser le régime si la politique hostile demeure.

Ces derniers jours, les anciens et actuels négociateurs nucléaires nord-coréens ont lancé des appels répétés aux Etats-Unis pour qu'ils abandonnent ce qu'ils appellent leur «politique hostile», une mesure apparemment destinée à obtenir une attitude plus souple de Washington dans les négociations nucléaires actuellement dans l'impasse.

Plus tôt dans la journée, Choe a rencontré des responsables moscovites. Vers 10h35, elle et d'autres responsables nord-coréens ont été aperçus entrant dans la maison d'hôtes du ministère russe des Affaires étrangères situé dans le centre de Moscou. Avant leur arrivée, l'ambassadeur itinérant de Russie, Oleg Burmistrov, est entré dans la maison d'hôtes.

La visite de Choe semble avoir pour objectif de renforcer la position diplomatique de Pyongyang dans ses négociations nucléaires avec les Etats-Unis par le biais d'une coopération plus étroite avec la Russie. Elle est considérée comme le principal stratège nucléaire du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Igor Morgoulov, a déclaré à la presse que Choe était venue assister au dialogue stratégique à l'invitation du vice-ministre russe des Affaires étrangères, Vladimir Titov.

«Nous discuterons de l'ensemble du spectre des problèmes internationaux, des problèmes régionaux, des relations bilatérales», a annoncé Morgoulov cité par l'agence de presse russe TASS.

«C'est une sorte de vision du point de vue stratégique sur les relations internationales, l'agenda régional, une sorte de coordination», a-t-il ajouté.

Son voyage intervient alors que Pyongyang a demandé à Washington de présenter une proposition acceptable avant la reprise des négociations sur la dénucléarisation entre les deux pays.

Les pourparlers sur la dénucléarisation sont au point mort depuis la rupture du deuxième sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim et le président américain Donald Trump en février à cause de différends liés aux compensations pour les mesures de dénucléarisation de Pyongyang.

Les deux pays ont eu des entretiens de haut niveau le mois dernier pour la première fois depuis le sommet, mais ont peu progressé.

Dimanche dernier, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont annoncé qu'ils remettaient à plus tard des exercices militaires combinés dans le but de soutenir les efforts diplomatiques visant à dénucléariser le Nord dans un «acte de bonne volonté» diplomatique envers le Nord. Quelques heures plus tard, Trump a tweeté un message à Kim lui demandant d'«agir rapidement» et de «conclure un accord».

En dépit de ces gestes réconciliateurs, Pyongyang exhorte Washington à prendre une décision courageuse avant la fin de cette année, délai fixé plus tôt par son chef.

Les observateurs estiment que la visite de Choe en Russie cette semaine est destinée à renforcer les liens Pyongyang-Moscou et à faire pression sur Washington pour qu'il revienne à la table des négociations avec une nouvelle attitude.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page