Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 10 déc. -- L'ancien PDG du groupe Daewoo, Kim Woo-choong, s'est éteint hier soir à l'âge de 82 ans, a fait savoir une organisation rattachée au conglomérat.

Kim, fondateur du groupe, est décédé d'une maladie chronique dans un hôpital de Suwon, au sud de Séoul, lundi à 23h50, selon le Daewoosky Institute qui représente les anciens employés de Daewoo.

Fondé en 1967, le groupe Daewoo est devenu le deuxième plus grand conglomérat sud-coréen après le groupe Hyundai. Lors de la crise financière asiatique de 1997, l'entreprise a été confrontée à de gros problèmes financiers et a fini par se déclarer en faillite en 1999.

Daewoo Motor, entreprise phare du groupe, a été vendue à General Motors en 2002 et rebaptisé GM Korea. D'autres filiales comme Daewoo Engineering & Construction et Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering ont aussi été acquises par des concurrents locaux.

Suite à l'effondrement de Daewoo, Kim a passé la plupart de son temps au Vietnam où il s'est consacré à former des entrepreneurs sud-coréens dans le cadre d'un projet appelé «Global Young Business Manager (GYBM)».

Alors que son état de santé s'était dégradé, Kim était rentré en Corée du Sud l'an dernier pour suivre des traitements médicaux à l'hôpital universitaire Ajou dont il est aussi le fondateur.

Il est décédé lundi dans cet hôpital.

Kim a demandé dans son testament de continuer le programme GYBM afin d'aider les jeunes à entrer sur les marchés étrangers et ce non seulement pour trouver un emploi mais aussi pour y créer leur propre entreprise, a dit le porte-parole de Daewoo.

Le groupe Daewoo était autrefois un immense empire qui couvrait divers secteurs, de l'automobile à la construction navale en passant par les produits électroménagers et les services financiers, avec 41 filiales en Corée et 396 bureaux à l'étranger en 1998.

Mais les dépenses excessives du groupe, source de sa croissance exponentielle, se sont retournées comme un boomerang pour frapper le conglomérat lors de la crise financière asiatique de 1997.

Suite à la déclaration d'insolvabilité du groupe en 1999, Kim a été obligé d'assumer les conséquences. Kim, qui a été le symbole du jeune entrepreneur sud-coréen, est devenu du jour au lendemain un homme d'affaires dont la frénésie d'achats a impacté des ménages de milliers d'employés de Daewoo qui ont été licenciés.

En 2006, il a été condamné à huit ans et demi de prison et à une amende de 17.900 milliards de wons (15 milliards de dollars) pour fraude comptable. Il a bénéficié d'une grâce présidentielle en 2007.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page