Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 11 déc. -- Les Etats-Unis ont rendu ce mercredi à la Corée du Sud quatre bases militaires sur le territoire national, mettant un terme à plusieurs années de retard à cause de divergences sur la procédure de décontamination et allégeant les préoccupations d'impact négatif sur un projet de développement régional.

Séoul et Washington ont ainsi entamé le processus de restitution si attendu pour la garnison de Yongsan au centre de Séoul, l'ancien quartier général des Forces américaines en Corée du Sud (USFK), pour que le projet d'envergure de construction d'un parc national puisse se dérouler comme prévu.

Les quatre bases restituées sont Camp Eagle et Camp Long à Wonju, Camp Market à Bupyeong et la parcelle Shea Range à Camp Hovey à Dongducheon. Elles ont été fermées entre 2009 et 2011.

Les alliés ont signé un accord lors de la 20e réunion du comité conjoint de l'Accord sur le statut des forces américaines en Corée du Sud (SOFA) à Camp Humphreys, la base américaine située à Pyeongtaek, à 70 kilomètres au sud de Séoul. Le SOFA stipule le statut légal des 28.500 soldats américains présents en Corée du Sud.

Ko Yun-ju, directeur général du bureau des affaires nord-américaines au sein du ministère des Affaires étrangères de Séoul, et le général de corps d'armée Kenneth S. Wilsbach, commandant adjoint de l'USFK, ont présidé ensemble la réunion sur le SOFA.

Les deux parties sont tombées d'accord sur le retour des bases à condition de continuer les consultations sur les responsabilités de la décontamination, les moyens pour renforcer la gestion environnementale des installations actuellement sous le contrôle de l'USFK et d'autres enjeux concernés, ont dit des officiels de Séoul.

L'accord est intervenu après que le bureau présidentiel Cheong Wa Dae a exprimé en août son souhait d'accélérer le processus de retour de 26 bases militaires américaines sur fond de préoccupations grandissantes des habitants selon lesquelles le retard prolongé risque de compliquer les opérations de décontamination des bases déjà vidées et de mettre en péril le projet de développement de la région.

La restitution des bases fait partie du plan de relocalisation des bases américaines à Pyeongtaek et Daegu dans le but de renforcer l'état de défense et l'efficacité opérationnelle face aux menaces du nucléaire et des missiles de la Corée du Nord.

Seoul a souligné que l'accord de ce mercredi était important comme les alliés se sont engagés à laisser la porte ouverte pour continuer les consultations sur la décontamination, les enjeux environnementaux liés au retour des bases, ainsi que les «améliorations institutionnelles» relatives.

«Le gouvernement fera des efforts pour atteindre l'objectif désiré à travers des consultations continues avec les Etats-Unis», a indiqué le communiqué.

Dans un autre communiqué de presse, l'armée américaine a dit que 13 sites «complètement vidés et fermés» étaient prêts à être restitués maintenant, en plus des quatre sites rendus ce mercredi.

Il affirme aussi que l'USFK reste engagé à rendre les installations «le plus tôt possible» au gouvernement sud-coréen dans le cadre du projet de déménagement et des règles du SOFA.

Le plus récent accord conclu lors de la réunion du comité du SOFA a reflété le désir du peuple sud-coréen de récupérer Yongsan, longtemps occupé par des armées étrangères, y compris l'armée impériale japonaise durant la colonisation.

L'USFK a établi son siège à Yongsan en juillet 1957 après la guerre de Corée (1950-1953).

Un groupe de soldats américains a foulé pour la première fois la péninsule coréenne en septembre 1945, un mois après que la Corée a été libérée de 35 ans de colonisation japonaise. Leur mission était de désarmer les soldats japonais du côté sud du 38e parallèle, la ligne désignée par les Etats-Unis et l'Union soviétique à l'époque.

Dans le cadre de sa réorganisation militaire d'après-guerre, Washington a commencé à réduire ses troupes en Asie de l'Est, une région stratégiquement moins importante que l'Europe à ce moment-là. En juin 1949, il a retiré toutes ses troupes de Corée du Sud, sauf quelque 500 personnes du groupe de conseillers militaires américains.

Suite à l'invasion de la Corée du Nord le 25 juin 1950, les soldats américains se sont retournés vers la péninsule coréenne pour défendre le Sud sous l'égide des Nations unies. Durant la guerre de Corée, les Etats-Unis ont envoyé plus de 320.000 soldats en Corée du Sud.

Actuellement, l'USFK maintient près de 28.500 soldats dans le pays. Mais le nombre de soldats varie entre 28.500 et 30.000 en fonction de la présence des unités en rotation ou des exercices militaires.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page