Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

Harris demande à Séoul de consulter les Etats-Unis au sujet de la coopération avec la Corée du Nord

17.01.2020 à 07h56 replay time01:33

Regarder la prochaine

SEOUL, 16 jan. -- La Corée du Sud devrait consulter les Etats-Unis au sujet de ses projets de coopération avec la Corée du Nord pour éviter tout «malentendu» qui pourrait déclencher des sanctions, a déclaré ce jeudi l'ambassadeur américain en Corée du Sud Harry Harris.

La Corée du Sud cherche à intensifier les échanges intercoréens afin de faciliter les négociations nucléaires bloquées entre Washington et Pyongyang.

Le président Moon Jae-in a déclaré en début de semaine que les visites individuelles en Corée du Nord ne violent pas les sanctions des Nations unies et que cela pourrait éventuellement inciter Pyongyang à reprendre le dialogue et aboutir à un allégement partiel des sanctions.

«L'optimisme continu du président Moon est encourageant», a déclaré Harris aux journalistes étrangers à Séoul, selon Reuters. «Mais pour ce qui est de mettre en pratique cet optimisme, j'ai dit que les choses devraient être faites en consultation avec les Etats-Unis.»

«Afin d'éviter un malentendu qui pourrait déclencher des sanctions, il est préférable de faire passer le tout par le Groupe de travail», a-t-il dit. Le Groupe de travail a été créé en 2018 pour coordonner les questions relatives à la Corée du Nord.

Les visites en groupe au mont Kumgang, en Corée du Nord, ont été interrompues en 2008 après qu'une touriste sud-coréenne a été tuée par balle par un garde nord-coréen.

Tout en notant que le tourisme n'est pas interdit par les sanctions, Harris a déclaré que des problèmes peuvent survenir en raison, par exemple, des bagages que les visiteurs apportent avec eux et des itinéraires qu'ils empruntent pour se rendre en Corée du Nord et en revenir, a rapporté NK News.

En ce qui concerne les remarques de l'ambassadeur, des responsables sud-coréens ont déclaré qu'elles ne différaient pas de la position de base commune des alliés qui consiste à maintenir des consultations étroites sur les questions nord-coréennes.

La Corée du Sud a également pour position que tout problème potentiel lié aux sanctions doit être discuté entre les alliés, a indiqué un responsable.

Pour ce qui est des visites individuelles au mont Kumgang, le département d'Etat a déclaré que les alliés étaient déterminés à réagir de manière unifiée face à la Corée du Nord et que tous les Etats membres des Nations unies étaient tenus d'appliquer les résolutions relatives aux sanctions. Il n'a pas précisé si les visites individuelles en Corée du Nord tombaient sous le coup des sanctions.

Washington s'est montré peu enclin à accorder des exceptions au régime de sanctions de l'ONU par crainte qu'elles ne compromettent sa campagne de «pression maximale» pour dénucléariser Pyongyang.

Concernant les négociations en cours sur le partage du coût du stationnement des troupes américaines en Corée du Sud, Harris a déclaré que Washington avait fait un compromis dans ses exigences et qu'il «attendait que la partie coréenne fasse de même», selon l'AFP. Il a aussi confirmé que les deux parties «réduisent leurs divergences» bien qu'un écart demeure.

Il a également déclaré que les Etats-Unis utilisent des «fonds résiduels» pour minimiser l'impact de l'expiration le 31 décembre de l'accord sur les travailleurs sud-coréens embauchés par les Forces américaines en Corée du Sud, et que ces derniers recevront bientôt un avis de congé obligatoire, selon Reuters.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page