Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

Un soldat démobilisé suite à une opération de réattribution sexuelle

23.01.2020 à 08h54 replay time01:37

Regarder la prochaine

SEOUL, 22 jan. -- L'armée sud-coréenne a annoncé ce mercredi sa décision de ne pas autoriser un sous-officier qui a subi une opération de réattribution sexuelle à continuer de servir dans l'armée.

La décision a été prise lors d'une réunion d'un comité militaire qui avait été organisée pour examiner le cas du soldat qui a changé de sexe lors d'une opération chirurgicale l'année dernière et exprimé sa volonté de poursuivre sa carrière militaire en tant que femme soldat.

Le sergent-chef de 22 ans nommé Byun Hee-soo est devenu le premier soldat sud-coréen en service actif à subir une opération de réattribution sexuelle.

«Le comité a décidé sa démobilisation étant donné que son cas constitue une raison d'incapacité à continuer son service en vertu des règles relatives, y compris la loi sur la gestion du personnel militaire», a indiqué l'armée dans un communiqué.

Soulignant que la décision a été prise en conformité avec le processus légitime basé sur les résultats d'un examen médical, l'armée a promis de «continuer à faire divers efforts pour protéger les droits humains du personnel en service et prévenir toute discrimination illégitime».

Plus tôt, une équipe médicale de l'armée avait déclaré l'officier «handicapé».

Il n'existe actuellement aucune réglementation spécifique sur ce qu'il faut faire avec les personnes qui font l'objet d'une opération de changement de sexe pendant leur service.

Dans le cadre du système de conscription sud-coréen, tous les hommes valides doivent effectuer un service obligatoire pendant environ deux ans. Ceux qui changent de sexe sont automatiquement exemptés de ce service.

Les sous-officiers sont des volontaires et aucune règle n'interdit les transsexuels d'entrer dans l'armée. Il y a toutefois de fortes chances que ces personnes soient éliminées par un examen physique, selon les officiers.

Aucun soldat transgenre ne sert actuellement sous les drapeaux.

La Commission nationale des droits de l'Homme de Corée (NHRCK) avait conseillé mardi le chef de l'armée de reporter la réunion du comité, évoquant une éventuelle discrimination, mais l'armée a tenu la session comme prévu aujourd'hui.

Suite à cette décision, Byun a tenu une conférence de presse devant les caméras de télévision, plaidant pour une chance de continuer à servir indépendamment de son identité sexuelle.

«Je suis bien consciente que l'armée n'est pas encore prête à accepter des soldats transgenres. Cependant, si l'armée m'affecte correctement en fonction de mes expériences uniques, cela pourrait avoir un effet positif sur l'armée dans son ensemble», a déclaré Byun.

Disant qu'elle rêvait depuis longtemps d'être soldat et qu'elle a fidèlement accompli son devoir, Byun a dit espérer que toutes les minorités sexuelles, dont elle-même, puissent accomplir leur devoir sans discrimination.

«Je veux servir de précédent. S'il vous plaît, donnez-moi une chance. Je suis un soldat de la république de Corée».

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page