Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

La Cour suprême confirme le divorce de la fille aînée du patron de Samsung

27.01.2020 à 16h54 replay time00:44

Regarder la prochaine

SEOUL, 27 jan. -- Mettant fin à une bataille judiciaire de plus de cinq ans, la Cour suprême a confirmé ce lundi la décision d'un tribunal d'instance inférieure d'accepter la requête en divorce qui avait été déposée par Lee Boo-jin, fille aînée du patron de Samsung, Lee Kun-hee.

La plus haute juridiction du pays a maintenu la décision de la Haute Cour de Séoul qui avait ordonné à la patronne des hôtels Shilla de verser 14,1 milliards de wons (12,1 millions de dollars) à son ex-mari Im Woo-jae dans le cadre de la séparation des biens. Elle avait accordé à Lee l'autorité parentale et la garde de leur fils unique.

Lee et Im s'étaient mariés en 1999. Le mariage avait attiré une grande attention alors qu'elle était héritière du premier groupe industriel du pays et il était un employé subalterne d'une filiale de Samsung.

En octobre 2014, Lee avait demandé de divorcer d'Im, cadre chez Samsung Electro-Mechanics Co. à l'époque, auprès d'un tribunal de Suwon, au sud de Séoul. Le procès avait été plus tard transféré au Tribunal familial de Séoul comme Im déclarait que leur dernière résidence se trouvait à Séoul.

Le tribunal avait prononcé le divorce en attribuant l'autorité parentale et la garde de l'enfant à Lee et en lui ordonnant de verser 8,6 milliards de wons à Im.

L'année dernière, la Haute Cour de Séoul avait confirmé cette décision, tout en augmentant le montant à 14,1 milliards de wons compte tenu de l'augmentation de la valeur du patrimoine de Lee.

Cette décision avait été perçue comme une victoire de la fille aînée de Lee Kun-hee comme Im aurait réclamé plus de 1.000 milliards de wons, l'un des montants les plus importants demandés dans un procès de séparation des biens en Corée du Sud.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page