Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 04 mars -- L'ex-présidente destituée et emprisonnée Park Geun-hye a appelé ce mercredi les conservateurs du pays à s'unir avant les élections législatives du 15 avril.

Dans une lettre manuscrite rendue publique par son avocat, Yoo Young-ha, Park leur a demandé de se rassembler autour du «géant actuel du parti d'opposition». Yoo a lu la lettre à haute voix lors d'un point de presse qu'il a tenu à l'Assemblée nationale.

Park semble faire référence au principal parti d'opposition, le Parti unifié du futur (PUF), dirigé par Hwang Kyo-ahn, qui a occupé le poste de Premier ministre sous son administration.

«La nation est en grande difficulté. Bien qu'il puisse y avoir des différences qui soient difficiles à combler, je vous appelle tous, qui avez soutenu le "taegeukgi", à unir vos forces, centrées sur le parti d'opposition géant existant, pour une meilleure république de Corée», a-t-elle écrit.

Taegukgi est le mot coréen qui désigne le drapeau national de la Corée du Sud.

Ce message est adressé aux politiciens et aux électeurs qui lui sont toujours fidèles, ces derniers étant connus pour organiser des rassemblements dans lesquels ils brandissent le drapeau national sud-coréen.

«Je ferai corps avec vous», a ajouté Park, qui semble vouloir aider le bloc d'opposition à former un front uni contre l'administration libérale du président Moon Jae-in et le Parti Démocrate au pouvoir lors des prochaines élections législatives.

Son message a suscité de vives critiques de la part des partis libéraux.

«(Le message de Park) équivaut à déclarer que le PUF est son parti et qu'elle interviendra activement dans les élections», a déclaré Je Youn-kyung, porte-parole de la commission électorale du Parti Démocrate. «Son acte de démagogie en prison, comme si elle était une victime, n'est rien d'autre qu'un déni de la décision du public de l'évincer».

Oh Hyun-joo, porte-parole du Parti de la Justice, a également publié une déclaration qualifiant la lettre de «forme pathétique de politique».

«(Nous) ne pouvons qu'être furieux de son comportement éhonté qui consiste à utiliser la crise du virus Covid-19 comme une opportunité pour établir sa position politique.»

Park a déclaré que son cœur se brise en pensant que plus de 4.000 habitants de Daegu et de la province voisine du Gyeongsang du Nord ont été infectés par le nouveau coronavirus. Ces régions, situées à environ trois heures de route au sud-est de Séoul, sont le territoire politique de Park et un bastion traditionnel du principal parti d'opposition.

Park est devenue présidente de la Corée du Sud en 2013 et a servi jusqu'à sa destitution en 2017. Elle purge une peine de prison de plus de 20 ans pour corruption.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page