Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 18 mai -- Un suspect clé dans l'affaire retentissante d'exploitation sexuelle numérique a dû se présenter aujourd'hui devant les caméras de presse suite à la décision prise la semaine dernière par la police de rendre publique son identité.

Moon Hyung-wook, un étudiant âgé de 24 ans, est apparu devant les journalistes au commissariat de police d'Andong, ville située à 270 km au sud-est de Séoul, cet après-midi avant d'être transféré vers le Parquet pour une enquête plus approfondie et son inculpation.

Placé en détention provisoire le 9 mai dernier, Moon est accusé d'avoir créé et opéré 12 salles de discussion sur Telegram qui ont permis aux membres payants de visionner des photos et vidéos d'actes sexuels violents illégalement prises et impliquant des mineures.

L'homme est soupçonné d'avoir fait du chantage à environ 50 femmes depuis un ou deux ans pour qu'elles fournissent environ 3.000 contenus sexuels, tels que des photos et vidéos, qu'il a distribués et vendus via 12 forums de discussion dont huit ont été opérés sous le nom «Nth Room».

Aujourd'hui, Moon avait les mains menottées et ne portait pas de masque ou casquette quand il a été emmené de la salle de détention du commissariat de police d'Andong au Parquet vers 14h.

Il a présenté des excuses aux victimes et à leurs familles et a répondu qu'il aurait eu une perception sexuelle erronée à la question de savoir pourquoi il a commis ces crimes.

Il a également déclaré que le nombre de ses victimes s'élevait à environ 50 et qu'il avait ordonné un viol dans trois cas.

Moon aurait reconnu devant la police avoir reçu des bons d'achat d'une valeur globale de 900.000 wons (730 dollars) auprès des membres des salles de discussion ou 10.000 wons par membre avant de les reverser intégralement aux victimes.

L'Agence provinciale de la police du Gyeongbuk a décidé mercredi de divulguer son identité à savoir le nom réel, l'âge et le visage en notant que la divulgation correspondait à l'intérêt public en termes de droit de la population à savoir et à la prévention de crimes similaires.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page