Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 20 mai -- Les procureurs ont demandé ce mercredi une peine de 35 ans de prison contre l'ancienne présidente Park Geun-hye lors de son nouveau procès en appel pour corruption, abus de pouvoir et détournement de fonds.

Lors d'une audience à la Haute Cour de Séoul, les procureurs ont demandé que Park soit punie d'une peine de 25 ans de prison, d'une amende de 30 milliards de wons (24,36 millions de dollars) et que 200 millions de wons lui soient confisqués pour corruption.

Ils ont en outre exigé une peine de prison de 10 ans et une confiscation de 3,3 milliards de wons pour abus de pouvoir et autres accusations.

Après sa destitution en 2017, Park a été condamnée pour avoir conspiré avec sa confidente de longue date, Choi Soon-sil, pour forcer des conglomérats, dont Samsung, à donner 77,4 milliards de wons à deux fondations sous le contrôle de Choi.

Park a également été mise en examen en janvier 2018 pour avoir accepté 3,5 milliards de wons de trois chefs du Service national de renseignement (NIS) de mai 2013 à septembre 2016, en collusion avec ses secrétaires.

Elle a été rejugée après que la Cour suprême a ordonné en août dernier une révision de son procès en appel, dans lequel Park a été condamnée à 25 ans de prison. La Cour suprême a déclaré que certaines des accusations de corruption devaient être traitées séparément, ce qui pourrait entraîner une peine plus lourde. En novembre dernier, la Cour suprême a également ordonné un nouveau procès pour les fonds que Park a reçus du NIS, déclarant que les acquittements prononcés par les tribunaux inférieurs sur les accusations de corruption et de perte de fonds publics devraient être annulés.

L'accusation a critiqué Park pour avoir abusé le pouvoir que lui a conféré le peuple.

«L'accusée a forcé de grands conglomérats nationaux à donner de l'argent à des projets culturels et sportifs à la demande de Choi Seo-won (le nom légal actuel de Choi Soon-sil). Elle a également utilisé le pouvoir conféré par le peuple pour les gains personnels de Choi en forçant le vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae-yong, à verser plusieurs milliards de wons en pots-de-vin», a déclaré l'accusation.

Concernant les fonds reçus du NIS, l'accusation a souligné que peu de gens considéreraient un tel acte comme juste et équitable et que la confiance du public dans l'intégrité du président et des chefs du NIS a été mise à mal.

L'audience de détermination de la peine est prévue dans l'après-midi du 10 juillet.

Park n'était pas présente à l'audience de la cour d'appel ce mercredi car elle boycotte tous ses procès.

L'ancienne présidente purge actuellement une peine de 32 ans de prison pour corruption, abus de pouvoir, violation de la loi électorale et autres chefs d'accusation. Elle a été condamnée à 25 ans de prison et à une amende de 20 milliards de wons pour abus de pouvoir et corruption, ainsi qu'à une peine de cinq ans de prison et à la confiscation de 2,7 milliards de wons dans le cadre de l'affaire impliquant le NIS.

Par ailleurs, la Haute Cour de Séoul a condamné Park à une peine de deux ans de prison en 2018 pour ingérence dans les nominations des candidats du parti au pouvoir à l'approche des élections générales d'avril 2016. La peine de prison a été confirmée après que Park et les procureurs n'aient pas fait appel devant la Cour suprême.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page