Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 21 mai -- Les nouvelles infections en Corée du Sud se sont ralenties ce jeudi mais les autorités sanitaires s'inquiètent toujours d'une plus grande diffusion du nouveau coronavirus (Covid-19) en lien avec des établissements de divertissement et un centre hospitalier.

Les 12 nouveaux cas détectés mercredi ont porté le nombre total de cas à 11.122, selon les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC). Parmi eux, 10 étaient des infections locales.

Le pays a rapporté hier 32 nouveaux cas, marquant un rebond depuis neuf jours, alors qu'il a été affecté par une hausse constante de cas liés à des discothèques d'Itaewon, un quartier de la capitale connu pour sa vie nocturne.

La Corée du Sud avait réussi à aplatir la courbe du virus avec des tests massifs et rapides mais des infections de masse sporadiques continuent à compliquer les efforts de quarantaine des autorités sanitaires.

Les cas liés aux discothèques d'Itaewon ne se sont pas développés comme des infections explosives mais ont continué à croître. Le nombre total de cas concernés a atteint 201 mercredi, d'après la ville de Séoul.

Itaewon a émergé comme un cluster d'infections après qu'un homme de 29 ans a été testé positif au Covid-19 le 6 mai suite à des visites dans des discothèques du quartier au début de mai.

Le pays a continué à rapporter des transmissions secondaires et tertiaires liées à Itaewon.

Afin de contenir une plus grande propagation du virus, la municipalité d'Incheon, à l'ouest de Séoul, a ordonné à pas moins de 2.400 karaokés de la ville de ne pas accueillir de clients pendant deux semaines.

Incheon a rapporté 35 cas de transmissions secondaires et tertiaires concernant les discothèques d'Itaewon jusqu'à mercredi midi, derrière Séoul avec 100 cas et la province du Gyeonggi, entourant la capitale, avec 41.

«L'apparition de cas à Itaewon n'a pas abouti à une diffusion massive mais des infections concernées ont été rapportées constamment. C'est pour cela que les autorités sanitaires ne peuvent pas relâcher la garde face à la propagation communautaire», a dit Yoon Tae-ho, un haut responsable du ministère de la Santé et des Affaires sociales, lors d'une conférence de presse.

Les autorités sanitaires sont aussi en alerte sur les infections dans un centre hospitalier du sud de Séoul.

Depuis que quatre infirmières du Samsung Medical Center, l'un des cinq plus grands centres hospitaliers du pays, ont été confirmées comme ayant été infectées par le virus, les autorités sanitaires ont mené des tests sur 1.207 personnes.

Les KCDC ont déclaré que d'autres cas concernés devraient apparaître, car les itinéraires des transmissions sont toujours inconnus.

Ils ont indiqué mercredi que les infirmières auraient été contaminées dans des endroits communs, comme les vestiaires de l'hôpital, ou via des patients qui subissaient une opération.

Les KCDC ont déclaré ne pas avoir encore trouvé de lien entre leurs cas et ceux d'Itaewon.

Les autorités sanitaires resteront vigilantes pour éviter une plus grande diffusion communautaire alors que les écoles ont commencé à rouvrir hier, à commencer par les élèves en dernière année de lycée.

Cependant, le premier jour de la réouverture d'écoles, Incheon, à l'ouest de Séoul, et la ville d'Anseong, au sud de la capitale, ont ordonné à des lycéens de troisième année de 75 écoles de rentrer chez eux. Deux lycéens ont été testés positifs au virus à Incheon et pourraient être liés au cluster d'Itaewon.

Par ailleurs, le pays a ajouté deux nouveaux cas importés et un décès additionnel, alourdissant le bilan de cas mortels à 264. Le taux de létalité était de 2,37%.

Le nombre total de personnes ayant quitté l'hôpital après un rétablissement complet s'est élevé à 10.135, soit 69 de plus que la veille.

Depuis le 3 janvier, le pays avec plus de 50 millions d'habitants a effectué 788.684 tests, dont 12.251 la veille.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page