Go to Contents Go to Navigation
Vidéos

SEOUL, 26 mai -- Le Commandement des Nations unies (UNC) a déclaré ce mardi n'être pas en mesure de déterminer «de façon définitive» si la Corée du Nord a récemment été à l'origine d'un échange de tirs avec la Corée du Sud intentionnellement ou par erreur à l'intérieur de la Zone démilitarisée (DMZ) mais a constaté que les deux parties ont enfreint l'accord d'armistice.

L'UNC, dirigé par les Etats-Unis, qui administre la DMZ et fait respecter l'armistice ayant mis fin à la guerre de Corée, est arrivé à cette conclusion après une enquête de plusieurs semaines sur l'incident s'étant déroulé le 3 mai, quand quatre balles nord-coréennes ont touché un poste de garde sud-coréen, forçant les troupes sud-coréennes à riposter.

Selon l'enquête, la Corée du Nord a tiré quatre coups de feu de 14,5 millimètres sur un poste de garde sud-coréen depuis un poste de garde situé au nord de la frontière intercoréenne.

«Toutefois, l'enquête n'a pas permis de déterminer de manière définitive si les quatre balles ont été tirées intentionnellement ou par erreur», a déclaré l'UNC dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Le commandement a invité l'armée nord-coréenne à fournir des informations sur l'affaire. Le Nord a accusé réception de la demande mais n'a pas donné de réponse officielle, a ajouté l'UNC.

La Corée du Sud a également enfreint l'armistice en répondant «par deux salves» à la Corée du Nord, selon l'UNC.

«Sur la base des conclusions détaillées de l'enquête, le personnel de l'UNC engagera des discussions de suivi avec les deux parties afin d'encourager la mise en œuvre de mesures visant à prévenir une nouvelle violation de l'armistice», a déclaré le commandement.

Selon l'article 1 de l'accord, aucune des parties «ne procèdera à aucun acte hostile à l'intérieur, à partir ou contre la Zone démilitarisée».

Le ministère de la Défense a dit regretter que l'UNC ait tiré cette conclusion sans enquêter sur la Corée du Nord et a affirmé que la Corée du Sud a répondu aux tirs du Nord de manière appropriée, conformément au manuel en vigueur.

«Notre unité militaire sur place a pris les mesures appropriées... conformément au manuel d'intervention», a déclaré le ministère dans un communiqué. «Nous regrettons que les résultats de cette enquête aient été annoncés sans enquête pratique sur les tirs de l'armée nord-coréenne.»

«Nous continuerons à appliquer pleinement l'accord militaire du 19 septembre et à prendre d'autres mesures pour apaiser les tensions militaires et promouvoir la paix dans la péninsule coréenne», a déclaré le ministère, citant le pacte militaire intercoréen signé en 2018.

Notant que l'accord d'armistice est destiné à minimiser le risque d'incidents tels que les échanges de tirs, l'UNC a déclaré qu'il continuera à identifier et à mettre en œuvre des moyens d'améliorer les conditions nécessaires à la paix et à la stabilité dans la péninsule coréenne.

L'UNC a envoyé après l'incident une équipe multinationale d'enquête, dont l'enquête a été observée par la Commission de surveillance des nations neutres pour en assurer la transparence et l'équité, a déclaré le commandement, ajoutant que l'armée sud-coréenne a pleinement coopéré à l'investigation.

Les autorités militaires sud-coréennes ont auparavant estimé que l'incident était accidentel, sur la base de preuves obtenues auprès de diverses sources du renseignement.

Le jour de l'incident, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a également déclaré qu'il pensait que l'incident était «accidentel».

L'état-major interarmées a déclaré plus tôt que les troupes sud-coréennes ont tiré environ 15 coups de mitrailleuse K-3 sur le poste de garde nord-coréen.

Cependant, en apprenant que le Nord a utilisé une mitrailleuse anti-aérienne de 14,5 mm, le Sud a tiré 15 autres coups avec une mitrailleuse lourde K-6 de 12,7 mm «conformément au principe de réponse proportionnelle».

Juste après le coup de feu, la Corée du Sud a envoyé une notification au Nord lui demandant des explications, mais Pyongyang n'a pas répondu.

Il s'agit du premier échange de tirs entre la Corée du Sud et la Corée du Nord depuis des années. En vertu de l'accord militaire global signé en septembre 2018, les deux Corées sont convenues de mettre fin à tous les actes hostiles l'une contre l'autre, une mesure visant à réduire les tensions et à instaurer la confiance.

La DMZ, longue de 250 km et large de 4 km, est l'une des frontières les plus fortifiées au monde et a souvent été un point de tension entre les deux Corées, bien que la Corée du Sud cherche à en faire une zone de paix internationale.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page