Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 08 juin -- D'autres élèves sud-coréens sont retournés en classe ce lundi dans ce qui constitue la phase finale du plan gouvernemental de réouverture des écoles, dans un contexte d'angoisses croissantes sur une deuxième vague d'infections au nouveau coronavirus (Covid-19) à Séoul et dans sa région voisine.

Environ 1,35 million d'élèves supplémentaires, dont les collégiens de première année et les écoliers de cinquième et sixième années, ont repris les cours en classe après une coupure de plus de trois mois, selon le ministère de l'Education. La rentrée scolaire devait avoir lieu le 2 mars, mais avait été reportée en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.

Alors que le pays a achevé son plan de réouverture des écoles en quatre phases, un total de 5,95 millions d'élèves suivent maintenant des cours en personne à tour de rôle.

Seulement un tiers ou deux tiers des élèves assistent aux cours en classe pour respecter la distance entre eux.

La Corée du Sud a commencé la réouverture des écoles le 20 mai, quelques semaines après le lancement du régime de «quarantaine dans la vie quotidienne» visant à aider les citoyens à retourner lentement à la vie normale avec des règles de distanciation sociale allégée.

Mais les clusters d'infections liés à des discothèques, à un centre de distribution et à des rassemblements religieux dans la région métropolitaine de Séoul ont mis le programme en péril. Les foyers d'infections identifiés le plus récemment sont une entreprise de commercialisation de produits de santé, spécialisée dans la vente en porte-à-porte ciblant en particulier les consommateurs âgés, et un club de tennis de table.

La dernière étape de la réouverture des établissements scolaires est intervenue après que le nombre journalier de cas de Covid-19 a dépassé la barre des 50 pour le deuxième jour consécutif dimanche, un critère mentionné par le gouvernement pour maintenir la campagne de «quarantaine dans la vie quotidienne».

Heureusement, les écoles semblent être mois affectées que prévu par le Covid-19. Les données du ministère de l'Education publiées vendredi dernier ont montré que seulement un petit nombre d'infections a été rapporté dans les écoles, avec six élèves et quatre membres du personnel scolaire, depuis leur réouverture le 20 mai.

Le ministère a déclaré qu'aucun d'entre eux n'avait contracté le virus à l'école. Ils ont été infectés seulement après le retour à l'école ou ils ont montré des symptômes du Covid-19 à l'école et ont ensuite été testés positifs.

La plus grande inquiétude semble provenir de l'extérieur des écoles, selon les données de l'Etat.

Alors que les écoles ont fermé pendant près de trois mois pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, les établissements d'enseignement privés du pays, tels que les instituts privés ou «hagwon» en coréen, sont largement restés ouverts malgré les avertissements répétés du gouvernement les concernant.

Selon le ministère, 78 patients atteints du Covid-19 ont été confirmés dans 42 instituts privés depuis février. Il a été constaté que certains de ces établissements disposaient de mesures de quarantaine laxistes, mettant en danger les élèves et les enseignants.

Le fait que le pays continue à voir apparaître de petits groupes d'infections à Séoul et dans ses environs soulève également un drapeau rouge quant à la propagation potentielle dans les écoles.

Pour éviter une épidémie dans les écoles, le ministère a autorisé à chacune d'entre elles à appliquer des horaires différenciés, parfois assez complexes, conçus pour maintenir la distanciation sociale.

Vendredi à 10h, 514 écoles, soit 2,5% des 20.902 du pays, ont fermé par mesure de précaution. Le chiffre était de 838 le 28 mai, un jour après la réouverture des écoles pour plus de 2,3 millions d'élèves dans la deuxième phase de réouverture.

Dimanche, une lycéenne de troisième année à Séoul a été testée positive au virus après avoir visité Lotte World Adventure, un parc d'attractions situé à Jamsil, dans le sud-est de la capitale. L'école a décidé de fermer jusqu'à mercredi et d'effectuer des tests sur 150 personnes, dont des camarades de classe et enseignants qui ont eu un contact avec l'élève.

Oh Kyung-hee, mère de deux filles à Séoul, a déclaré que sa fille aînée suivrait un programme d'une semaine de présence pour deux semaines d'absence, tandis que sa cadette ira à l'école une fois par semaine.

Sa fille aînée, âgée de 13 ans, est en première année de collège et la cadette, 12 ans, est en dernière année du primaire. Elles font partie des groupes d'âge, aux côtés des élèves de cinquième année du primaire, qui sont concernés par la quatrième étape de réouverture.

Lorsqu'on lui a demandé si cela valait la peine de prendre un risque et de s'inquiéter en envoyant ses filles à l'école une fois par semaine, elle a répondu : «Je pense qu'il est toujours très important pour elles de rencontrer des amis et des enseignants en personne et de se sentir connectés et solidaires.»

«Rester à la maison toute la journée et regarder des cours en ligne donnent parfois l'impression de perdre son temps», a-t-elle dit avant d'ajouter : «Les écoles sont plus sûres que les hagwon. Elles sont moins encombrées, plus spacieuses, et les enseignants ainsi que les responsables restent très vigilants au danger posé par le virus.»

Le gouvernement reconnaît les préoccupations des parents concernant la sécurité dans les instituts privés et a décidé de renforcer le contrôle.

Il prévoit de réviser la loi concernée pour permettre au ministère de l'Education de punir une académie privée qui ne respecte pas les mesures de quarantaine strictes avec une amende ou une fermeture forcée.

Séoul réfléchit également à l'introduction de registres d'entrée basés sur un code Quick Response (QR) pour permettre un traçage rapide des cas potentiels. Le gouvernement a déjà mené un programme pilote dans des lieux à risque, notamment des salles de karaoké, des bars et des lieux de culte.

«Il viendra un moment où les enfants pourront aller à l'école cinq jours par semaine», a déclaré Oh, «si chacun fait de son mieux pour rester vigilant».

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page