Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

Moon appelle les députés à soutenir les politiques immobilières et la création d'une unité spéciale anti-corruption

06.07.2020 à 21h27 replay time01:52

Regarder la prochaine

SEOUL, 06 juil. -- Le président Moon Jae-in a appelé ce lundi l'Assemblée nationale à soutenir les efforts du gouvernement pour stabiliser le marché immobilier et lancer une unité spéciale pour enquêter sur la corruption chez les hauts fonctionnaires, les députés ayant débuté une session parlementaire temporaire plus tôt dans la journée.

Le président a mentionné deux des principales missions politiques d'urgence de son administration, s'exprimant devant des journalistes au début d'une réunion hebdomadaire avec ses conseillers de Cheong Wa Dae.

«Le projet le plus important pour l'instant afin d'aider le peuple est des mesures immobilières», a souligné le chef de l'Etat.

Moon a réaffirmé la détermination de son administration progressiste à freiner la spéculation immobilière et protéger ceux qui ont besoin de logements à des fins résidentielles, en particulier les foyers à revenu moyen et les jeunes, à travers les mesures politiques.

«Je voudrais que l'Assemblée nationale coopère aussi», a dit le président, évoquant les propositions de loi concernées, y compris la hausse des taxes foncières imposées sur ceux qui possèdent deux maisons ou plus.

Il a mis l'accent sur la responsabilité fondamentale du Parlement.

«Je souhaite que l'Assemblée nationale s'acquitte de ses obligations basiques conformément aux procédures établies par l'Assemblée nationale elle-même», a-t-il ajouté. «Je voudrais que la demande du peuple que l'Assemblée nationale opère normallement ne soit pas ignorée.»

Moon a aussi noté que les députés doivent décider de plusieurs choses, entre autres le lancement d'une unité indépendante du Parquet spécialisée dans les enquêtes de corruption chez les hauts fonctionnaires, dont les procureurs de premier rang. Une loi sur cette initiative controversée sur le plan politique stipule le lancement de cette équipe ce mois-ci.

La démarche est un élément clé des efforts du gouvernement Moon pour réformer le Parquet accusé d'avoir un pouvoir et une autorité excessifs.

Un autre bras de fer entre le Parti démocrate (PD) au pouvoir et le principal parti d'opposition, le Parti unifié du futur (PUF), est prévu dans le prochain processus de recommandation des deux candidats à la tête de cette organisation. Le PUF s'est fortement opposé à la création de cette nouvelle entité, insistant que cette dernière pourrait être utilisée comme un organe pour faire pression sur le Parquet et dissimuler d'éventuels méfaits de Moon et de ses conseillers.

Le mois dernier, Moon a déposé un dossier officiel au président de l'Assemblée nationale Park Byeong-seug pour demander au Parlement de choisir les candidats afin que le gouvernement puisse nommer le chef de l'agence d'ici le 15 juillet conformément à ce que prévoit la loi.

«Je demande (à l'Assemblée nationale) de recommander les candidats et organiser une audience de confirmation sans plus de retard», a dit le président.

Il a aussi souligné l'importance d'accélérer la dépense des budgets de relance approuvés par les députés la semaine dernière.

Un budget supplémentaire de 35.100 milliards de wons (29,3 milliards de dollars) représente le troisième plus grand budget supplémentaire alloué par la Corée du Sud dans la réponse à la crise du Covid-19.

Moon a indiqué que le gouvernement s'associe aux efforts des travailleurs médicaux et du peuple en vue de surmonter les difficultés sur fond de préoccupations croissantes concernant une éventuelle deuxième vague de pandémie.

«Le rôle et la responsabilité de l'Assemblée nationale ne sont pas négligeables non plus», a-t-il dit, l'incitant à soutenir les plans visant à stimuler le système de contrôle des maladies de la Corée du Sud.

Par exemple, a-t-il ajouté, il est urgent de promouvoir les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC) à une organisation administrative indépendante disposant du pouvoir de gérer ses propres budgets et affaires.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page