Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEJONG, 29 juil. -- Le nombre de nouveau-nés en Corée du Sud a baissé de 9,3% en mai sur un an, ont montré ce mercredi des données de Statistique Corée (KOSTAT), le dernier signe de la faible natalité qui affecte la quatrième économie d'Asie depuis plus d'une décennie.

Les données compilées par KOSTAT ont montré que 23.001 nouveau-nés ont vu le jour en mai, contre 25.360 dénombrés le même mois en 2019. Il s'agit du plus faible nombre de naissances pour un mois de mars depuis que l'agence de statistiques a commencé à recueillir des données sur une base mensuelle en 1981.

Au cours des cinq premiers mois de cette année, 120.470 bébés sont nés en Corée du Sud, en baisse de 10,9% par rapport à il y a un an.

Le taux de fécondité de la Corée du Sud est tombé à un niveau historiquement bas en 2019, un facteur apparent de la baisse de sa population dans l'avenir.

Le taux de fécondité du pays, le nombre moyen d'enfants qu'une femme est susceptible d'avoir au cours de sa vie, s'est élevé à 0,92 l'année dernière, soit une baisse par rapport à 0,98 enregistré un an plus tôt.

L'année dernière a marqué la deuxième année consécutive où le taux a chuté en dessous de 1. La Corée du Sud est le seul pays membre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à présenter un taux de fécondité inférieur à 1.

Le chiffre de 2019 est très en deçà du niveau de remplacement de 2,1 qui maintiendrait la population sud-coréenne stable à 51 millions d'habitants. Cela constitue aussi une grande chute par rapport aux 4,53 enregistrés en 1970, année où le gouvernement a commencé à compiler les données concernées.

Le taux brut de natalité, soit le nombre de naissances pour 1.000 personnes par an, a aussi atteint son plus bas niveau de 5,9 en 2019 après avoir été de 6,4 l'année précédente.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page