Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SUWON, 31 juil. -- Un tribunal tiendra une audience ce vendredi pour déterminer s'il y a lieu d'émettre un mandat d'arrêt contre Lee Man-hee, le fondateur de l'église Shincheonji de Jésus, une secte religieuse locale, pour obstruction présumée aux efforts gouvernementaux visant à contenir la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).

La décision devrait être prise plus tard dans la journée ou samedi matin.

Plus tôt ce mois-ci, la Cour du district de Suwon a émis des mandats d'arrêt contre trois hauts fonctionnaires de la secte qui font face à des allégations similaires à celles visant leur chef.

Lee, 89 ans, est soupçonné d'avoir soumis de faux documents aux autorités sanitaires concernant le nombre de participants aux rassemblements religieux ainsi que les endroits où ils ont eu lieu en février alors que la secte était l'épicentre de la propagation du virus dans la phase initiale de l'épidémie de Covid-19 dans le pays.

Il est également accusé d'avoir détruit des preuves pour se préparer à une éventuelle enquête et d'avoir abusé de l'argent de la secte, à hauteur de 5,6 milliards de wons (4,68 millions de dollars).

Les procureurs l'ont convoqué deux fois ce mois-ci pour l'enquête et ont demandé un mandat d'arrêt au tribunal mardi.

Quelque 4.000 adeptes, dont la plupart habitent à la ville de Daegu, dans le sud-est du pays, ont été infectés par le coronavirus.

Le nombre total de cas de Covid-19 recensés en Corée du Sud depuis le début de la pandémie était de 14.269 jeudi, selon les Centres coréens pour le contrôle et la prévention des maladies (KCDC). Plus de 5.000 d'entre eux sont des infections associées à Shincheonji.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page