Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 10 août -- Le président Moon Jae-in a déclaré ce lundi que son gouvernement envisagerait d'établir un organe de supervision indépendant, en cas de nécessité, pour s'assurer que les mesures actuelles destinées à juguler la flambée des prix de l'immobilier fonctionnent correctement.

Il a aussi proposé d'examiner les moyens d'alléger la charge fiscale des propriétaires possédant un logement à bas et moyen prix dans le cadre des mesures «complémentaires».

«Le problème du logement est devenu la plus grande tâche politique en suspens pour le peuple», a-t-il déclaré au début de sa réunion hebdomadaire avec ses conseillers.

Il a cité les mesures politiques «tous azimuts d'un niveau sans précédent», soutenues par l'accomplissement des procédures législatives, pour contenir la hausse des prix de l'immobilier.

«Désormais, le gouvernement ira de l'avant de manière responsable en vue de réaliser la justice résidentielle», a-t-il souligné. «Si nécessaire, (le gouvernement) examinera l'établissement d'une agence de supervision du marché de l'immobilier pour l'efficacité des mesures.»

Ses propos ont laissé entendre qu'il n'y aurait aucun changement dans l'orientation de sa politique immobilière malgré les critiques croissantes sur l'échec de la série de mesures destinées à calmer le marché.

Il a noté que la série de réglementations liées au marché de l'immobilier, telles que les restrictions sur les crédits immobiliers, était destinée à acheminer des liquidités excessives attribuables aux taux extrêmement bas et des dépenses budgétaires massives vers les secteurs «productifs».

Il a aussi souligné que les logements devaient viser le «bien-être» et non faire l'objet d'un investissement spéculatif.

L'administration Moon, penchant à gauche, s'est focalisé sur la lutte contre la spéculation immobilière, à l'image de lois visant à imposer plus d'impôts aux propriétaires de multiples logements et à augmenter la taxe sur les plus-values immobilières .

«Cela représente un engagement fort pour mettre fin à l'ère de la spéculation immobilière», a martelé Moon.

Les prix de l'immobilier, les loyers et les «jeonse», système de location avec une garantie importante, poursuivent leur hausse à Séoul et dans ses environs, qui abritent ensemble la moitié des 52 millions d'habitants du pays.

Le prix médian des appartements à Séoul a bondi de plus de 50% depuis l'investiture de Moon en mai 2017, selon la Coalition des citoyens pour la justice économique (CCEJ).

Plusieurs sondages d'opinion ont montré que le soutien de la population à Moon et au Parti démocrate au pouvoir a reculé considérablement au cours de ces dernières semaines, principalement à cause du mécontentement de la population vis-à-vis de la politique immobilière du gouvernement.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page