Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 14 sept. -- La Corée du Nord ne montre pas de signes de tir prochain de missile balistique lancé par sous-marin (SLBM) et la possibilité d'un tir de SLBM à l'occasion de l'anniversaire de la fondation du Parti du travail en octobre reste faible, a dit ce lundi le candidat au poste de ministre de la Défense, Suh Wook.

Suh a fait cette déclaration dans ses réponses écrites aux questions des députés pour son audition de confirmation à l'Assemblée nationale prévue mercredi, sur fond de spéculations selon lesquelles Pyongyang pourrait effectuer un tir d'essai de SLBM à l'approche du 75e anniversaire du parti le 10 octobre.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a indiqué dans son message du Nouvel An qu'il devrait dévoiler une nouvelle arme stratégique. Selon des experts, cela pourrait être un missile balistique intercontinental (ICBM), un SLBM ou un sous-marin capable de lancer des SLBM.

«A l'heure actuelle, aucun signe indiquant le lancement imminent d'un SLBM n'a été détecté», a déclaré Suh.

Le candidat au poste de ministre de la Défense a estimé que la possibilité que le pays communiste entreprenne une action provocatrice au moyen d'un SLBM aux alentours de cette date est «faible».

Plus tôt ce mois-ci, le Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS) a dit qu'une image satellite semble montrer des préparatifs à un test de SLBM en Corée du Nord, soulignant la présence de vaisseaux sur le chantier naval de Sinpo, sur la côte est, dont un ressemblant à un bâtiment précédemment utilisé pour remorquer une barge de test en mer.

«Plutôt qu'indiquer des préparatifs à un tir de SLBM, l'activité est présumée faire partie des travaux de reconstruction des dommages causés par les récents typhons», a dit Suh.

La Corée du Nord serait en train de développer un nouveau SLBM, bien qu'il ne soit pas encore prêt à être produit ou déployé en masse, selon le candidat.

Mais Pyongyang «continue de renforcer les capacités de ses sous-marins capables d'accueillir des SLBM», a noté Suh.

Les autorités du renseignement sud-coréennes ont déclaré qu'elles surveillent de près les activités du Nord concernant les préparatifs à un éventuel lancement d'un nouveau sous-marin de 3.000 tonnes capable d'emporter trois SLBM. Le nouveau sous-marin est en construction sur son chantier naval à Sinpo.

Suh, chef d'état-major de l'armée de terre, a été nommé au poste de nouveau ministre de la Défense le mois dernier pour remplacer Jeong Kyeong-doo.

Evoquant la hiérarchie du pouvoir au sein du régime nord-coréen, Suh a également indiqué que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un maintenait une emprise totale sur le pouvoir, réfutant une évaluation contradictoire du chef du renseignement.

«Kim Jong-un n'exerce pas actuellement une gouvernance sous laquelle il délègue l'autorité à ses proches conseillers», a-t-il dit.

«Le président Kim contrôle complètement le parti (au pouvoir), le gouvernement et l'armée et il n'y a aucun problème dans son emprise sur le régime», selon Suh.

Mais par rapport au passé, davantage de responsabilités et de rôles ont été confiés à certains officiels dans le cadre du système de gouvernance actuel, a-t-il ajouté.

Les propos contredisent l'évaluation de Park Jie-won, le directeur de l'Agence nationale du renseignement, faite le mois dernier. Park a déclaré lors d'une session parlementaire que Kim avait délégué une partie de son pouvoir à des proches conseillers, y compris sa sœur cadette Kim Yo-jong, afin de réduire son stress et de se décharger de la responsabilité en cas d'échec d'une politique.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page