Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 18 sept. -- Le président Moon Jae-in a déclaré ce vendredi que la Corée du Sud pourrait atteindre la voie de la paix et de l'unification si elle n'abandonne pas l'espoir de dialogue avec la Corée du Nord.

Lors d'une rencontre avec un groupe de leaders de la communauté bouddhique à Chong Wa Dae, Moon a noté que les deux Corées marqueraient le deuxième anniversaire de la déclaration commune de Pyongyang adoptée à l'issue de son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un qui s'est tenu dans la capitale nord-coréenne le 19 septembre 2018.

«Si nous n'abandonnons pas l'espoir de rencontres et dialogue, nous avancerons sûrement sur la voie de la paix et de l'unification», a dit le président.

Moon a indiqué que lui et Kim avaient déclaré leur engagement pour la paix sur la péninsule coréenne devant les 80 millions de Coréens et le monde.

Il a demandé le soutien du monde bouddhique, en disant que la religion était une «force» pour la Corée du Sud pour surmonter les difficultés. Il a également demandé à la communauté bouddhique de soutenir les efforts pour ouvrir la voie des échanges intercoréens et avancer sur le chemin de la paix sur la péninsule.

Moon a également exprimé sa gratitude à la communauté bouddhique locale pour avoir aidé la campagne du gouvernement contre le nouveau coronavirus (Covid-19). Le milieu bouddhique a suspendu les services religieux réguliers et même annulé le festival des lanternes de lotus au printemps, une décision qui est intervenue dans un contexte d'efforts pour inscrire l'événement sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), a rappelé Moon.

Il a demandé le soutien continu de la communauté bouddhique pour les efforts antivirus du gouvernement, qui est devenue une «guerre prolongée» dont on ne voit pas encore la fin.

Lors de la réunion à huis clos qui a suivi l'allocution d'ouverture devant les journalistes, Moon a dit regretter les différends politiques sur les mesures prises par le gouvernement pour freiner la propagation du virus, selon son porte-parole Kang Min-seok.

Promouvoir une politique de coopération et de l'unité nationale est une tâche qui incombe à la communauté politique, mais cela ne va pas bien, a déclaré Moon.

«En raison de l'escalade des conflits d'ordre politique, même la question de la lutte contre le virus s'est politisée», a ajouté Moon, citant les actes de certaines personnes qui «la refusent ou la déforment».

«Fondamentalement, c'est un phénomène attribuable à la poursuite des conflits politiques», a dit le président, qui a ajouté qu'il s'orientera vers une politique de coopération et d'unité, selon Kang.

Le président répondait apparemment aux critiques selon lesquelles son gouvernement utilise la lutte contre le virus pour faire taire les opposants politiques.

Les autorités ont interdit à certains groupes conservateurs d'organiser des rassemblements dans le centre de Séoul le 3 octobre, jour de la Fondation nationale. Un certain nombre de participants au rassemblement de protestation du 15 août à Gwanghwamun ont été confirmés plus tard comme étant infectés par le coronavirus. Le gouvernement a également été critiqué sur ses décisions de durcir ou d'assouplir les directives de distanciation sociale.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page