Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

WASHINGTON, 22 sept. -- Le président américain Donald Trump n'a pas mentionné la Corée du Nord dans son allocution devant l'Assemblée générale des Nations unies (ONU) mardi, une première depuis son investiture.

Dans son discours de sept minutes, le président américain a abordé plusieurs sujets dont la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19) mais le Nord n'a pas fait partie de sa liste des questions auxquelles font face les Etats-Unis et le reste du monde.

Dans son premier discours prononcé à l'Assemblée générale de l'ONU en septembre 2017, Trump a menacé le pays communiste d'une «destruction totale» en affublant son dirigeant Kim Jong-un du surnom «Rocket Man».

Ces propos sont intervenus lors d'un pic de tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord après le sixième et dernier test nucléaire en date effectué par le Nord.

Même lorsque les relations Washington-Pyongyang ont commencé à s'améliorer l'année suivante, Trump n'a pas oublié la Corée du Nord dans ses discours à l'ONU, soit pour saluer le régime reclus pour son engagement dans les négociations soit pour l'exhorter à faire plus.

Dans sa deuxième allocution à la tribune de l'ONU en 2018 qui a eu lieu après son sommet historique avec Kim à Singapour, Trump a noté que les Etats-Unis et la Corée du Nord étaient en train de travailler ensemble pour établir la paix sur la péninsule coréenne.

L'année dernière à l'Assemblée générale de l'ONU, il a appelé le Nord à se dénucléariser en affirmant que le pays pourra tirer profit d'un énorme potentiel inexploité s'il le fait.

Trump et Kim ont tenu leur deuxième sommet bilatéral en février de l'année dernière mais leur rencontre s'est terminée sans accord.

Sa décision de laisser la Corée du Nord à l'écart cette année intervient sur fond de gel des négociations de dénucléarisation entre Washington et Pyongyang.

Malgré cette impasse sur la Corée du Nord mardi à l'ONU, Trump évoque fréquemment le dirigeant nord-coréens dans ses meetings de campagne présidentielle, en s'attribuant le mérite de la prévention d'une guerre avec le Nord.

Kelly Craft, représentante des Etats-Unis auprès de l'ONU, a loué Trump pour ses pourparlers avec le Nord et son dirigeant.

«Des Américains détenus en Corée du Nord sont rentrés chez eux. Il n'y a pas eu de nouveaux tests nucléaires, plus de tests de missiles de longue portée, un abaissement spectaculaire de la température diplomatique dans la région et une ouverture pour un accord durable qui apporte la paix sur la péninsule (coréenne)», a-t-elle souligné en présentant Trump dans son discours pré-enregistré pour l'Assemblée générale de l'ONU.

La Corée du Nord maintient un moratoire sur les tests nucléaires et de missiles de longue portée depuis novembre 2017.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page