Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

WASHINGTON, 24 sept. -- Les Etats-Unis ont exprimé jeudi leur soutien à la Corée du Sud en condamnant le Nord pour le meurtre d'un officiel sud-coréen et en exigeant une explication de la part du pays communiste.

«Nous soutenons pleinement la condamnation de cet acte par notre allié, la ROK, et l'appel de la ROK pour une explication complète de la RPDC», a déclaré un porte-parole du département d'Etat américain à l'agence de presse Yonhap, faisant référence à la Corée du Sud et du Nord par leurs noms officiels, la république de Corée et la République populaire démocratique de Corée, respectivement.

Cette remarque est intervenue après que le président sud-coréen Moon Jae-in a fait part de ses profonds regrets, qualifiant cet événement d'«incident choquant qui ne peut être toléré pour aucune raison».

Séoul a annoncé plus tôt que la Corée du Nord avait tiré et tué mardi un fonctionnaire sud-coréen de 47 ans travaillant pour le ministère des Océans et de la Pêche lorsqu'il aurait tenté de faire défection vers le royaume ermite.

Le ministère sud-coréen de la Défense a indiqué que le Nord avait également incendié son corps, dans ce qui aurait été une mesure de précaution pour empêcher une éventuelle propagation du nouveau coronavirus sur le territoire nord-coréen.

Les Etats-Unis n'ont pas encore livré de réaction officielle et publique à l'incident, autre que la brève déclaration faite à Yonhap par le porte-parole du département d'Etat, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat.

Le meurtre de l'officiel sud-coréen a eu lieu le jour même où le Moon Jae-in a proposé de lancer une initiative régionale, avec la Chine, le Japon, la Mongolie et la Corée du Nord, pour lutter conjointement contre la pandémie de Covid-19 dans son discours à l'Assemblée générale des Nations unies.

Dans son allocution, Moon a également appelé au soutien international pour déclarer la fin de la guerre de Corée, ce qui, selon lui, fournirait en partie une garantie de sécurité que Pyongyang recherche depuis longtemps, ce qui pourrait à son tour aider à relancer les efforts de dénucléarisation de la péninsule coréenne.

La guerre de Corée (1950-1953) s'est soldée par un armistice et non un traité de paix, laissant techniquement les deux Corées en guerre.

La Corée du Nord est restée à l'écart des négociations de dénucléarisation après la fin du deuxième sommet entre le dirigeant Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, à Hanoï en février 2019, qui s'est conclu sans accord.

Une importante organisation de défense des droits de l'Homme en Corée du Nord, basée aux Etats-Unis, a également condamné le meurtre par la Corée du Nord du responsable sud-coréen, le qualifiant d'incident cruel vu dans aucun autre Etat.

«Il n'y a aucun autre Etat qui a cruellement tué un innocent et brûlé le corps pour "empêcher" le Covid-19», a souligné Greg Scarlatoiu, directeur exécutif du Comité des droits de l'homme en Corée du Nord.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page