Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 21 oct. -- La directrice de l'Agence coréenne de contrôle et prévention des maladies (KDCA), Jeong Eun-kyeong, a déclaré ce mercredi qu'il n'y avait aucun lien direct entre la vaccination et les morts rapportés récemment et que le gouvernement poursuivrait le programme de vaccination contre la grippe à l'échelle nationale.

Jeong a dit durant une conférence de presse que la KDCA effectuerait des investigations complètes sur les neuf personnes décédées récemment après une vaccination.

«Nous n'avons trouvé aucun lien direct entre les morts et les vaccins, ni de relation entre des effets néfastes du vaccin et les décès», a déclaré la directrice de l'agence sanitaire. «Compte tenu du fait qu'aucun effet nocif grave n'a été rapporté d'un vaccin spécifique, nous avons décidé de ne pas arrêter les vaccinations contre la grippe.»

Selon la KDCA, deux morts proviendraient d'un choc anaphylactique, une réaction allergique grave, suite à la vaccination.

Parmi les neuf morts, les autorités sanitaires effectuent actuellement des investigations épidémiologiques, y compris des autopsies, sur huit cas.

Jusqu'à présent, 12,97 millions de personnes se sont fait vacciner, dont 8,36 millions d'entre eux dans le cadre du programme gratuit de l'Etat.

Les craintes concernant la sécurité du vaccin contre la grippe saisonnière montent en Corée du Sud après que d'autres décès, qui auraient été causés par le vaccin, ont été rapportés ce mercredi, mettant les autorités dans une situation difficile sur fond de lutte contre deux épidémies.

Selon les autorités sanitaires, un homme de 68 ans de l'île de Jeju, dans le sud du pays, et un homme de 78 ans à Daegu sont morts après avoir reçu une dose de vaccin.

Plus tard dans la journée, la province du Gyeonggi a rapporté deux cas mortels supplémentaires après des vaccinations dans des centres publics à Gwangmyeong et Goyang.

L'inquiétude liée au vaccin a émergé vendredi dernier après qu'un adolescent de 17 ans à la ville portuaire d'Incheon, dans l'ouest du pays, a perdu la vie deux jours après une vaccination.

D'autres morts similaires ont été rapportées mardi, impliquant un homme de 78 ans à Gochang, dans la province du Jeolla du Nord, et un homme de 82 ans à Daejeon. Ils avaient tous les deux reçu une dose de vaccin la veille.

La plupart d'entre eux avaient des maladies sous-jacentes, selon les autorités sanitaires. L'un d'eux est mort seulement 12 heures après s'être fait vacciner.

«Nous sommes désolés pour les craintes de la population concernant la vaccination gratuite contre la grippe et examinons actuellement la situation de manière sérieuse», a déclaré le vice-ministre de la Santé, Kim Ganglip, lors d'une conférence de presse. «Mais, tout d'abord, nous devons déterminer la cause exacte des récents décès.»

Selon les autorités sanitaires, les personnes décédées ont reçu des doses de vaccin antigrippaux fabriquées ou distribuées par Korea Vaccine, Boryung Biopharma, LG Chem ou Shinsung Pharm.

Cependant, les autres personnes qui se sont fait vacciner le même jour n'ont pas montré de symptômes anormaux, ont précisé les autorités sanitaires, même si une femme septuagénaire est tombée dans le coma après avoir été vaccinée à Daejeon.

Jusqu'à ce jour, 431 personnes ont montré des réactions anormales après une vaccination contre la grippe, bien qu'il n'y ait aucune causalité confirmée. Parmi eux, 111 personnes ont manifesté des réactions locales, 119 des allergies et 93 de la fièvre.

«Etant donné que la plupart des personnes qui ont reçu le même vaccin contre la grippe n'ont pas présenté de problèmes majeurs, nous avons conclu que ces vaccins ne contiennent pas de substances toxiques», a déclaré Kim Joong-gon, chef d'une équipe d'investigation sur les affaires de vaccination contre la grippe à la KDCA. «Nous pouvons écarter la possibilité que le vaccin lui-même soit un problème.»

Les experts estiment qu'il est encore trop tôt pour déterminer si l'opération de vaccination doit être arrêtée car aucun lien entre les décès cités et le vaccin n'a été trouvé.

«Aucun médicament ou vaccin est à 100% sûr mais nous devons savoir que les vaccins contre la grippe existent depuis plus de 70 ans environ, depuis 1945», a dit Ki Mo-ran, professeur en épidémiologie du Centre national de cancérologie. «Nous n'aurions pas utilisé de vaccins contre la grippe s'il y avait eu autant de morts liées à la vaccination.»

Selon la KDCA, il n'y a qu'un seul cas mortel dont le lien avec un vaccin contre la grippe a été reconnu par les autorités. En 2009, une femme de 65 ans a été diagnostiquée avec le syndrome de Miller-Fisher, une maladie nerveuse rare, après avoir reçu une dose de vaccin contre la grippe et est décédée un an plus tard.

Cependant, des experts ont indiqué que c'est le gouvernement qui doit protéger la population concernant la vaccination, et ont demandé aux autorités sanitaires de prendre rapidement des mesures une fois qu'elles auront les résultats de l'enquête sur les récents cas mortels.

Avant ces cas mortels, plusieurs personnes avaient exprimé leurs inquiétudes sur la vaccination après que des vaccins, distribués par Shinsung Pharm, ont été exposés à température ambiante durant un transport le mois dernier. L'entreprise a rappelé les produits mal conservés plus tard.

Plus tôt ce mois-ci, le ministère de la Sécurité alimentaire et des médicaments a ordonné à Korea Vaccine de rappeler 615.000 doses de vaccin après avoir confirmé que des particules blanches ont été retrouvées dans des vaccins même si l'efficacité et la sécurité des vaccins n'ont pas été compromises.

«Tout vaccin suspicieux doit être rappelé afin de prévenir d'autres grands problèmes», a souligné Kim Woo-joo, professeur en maladies infectieuses de l'hôpital de l'université de Corée à Guro, à Séoul. «A un moment comme maintenant, le gouvernement doit respecter ses principes, mais le problème, c'est que les gens s'en inquiètent.»

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page