Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

La justice refuse d'annuler la saisie d'une annexe de la résidence de l'ex-président Chun

22.01.2021 à 20h58 replay time00:33

Regarder la prochaine

SEOUL, 22 jan. -- La Cour administrative de Séoul a rejeté ce vendredi une demande d'annuler la saisie d'une maison annexe appartenant à la famille de l'ancien président Chun Doo-hwan dans l'ouest de Séoul.

Le tribunal a rendu la décision en réponse à un procès engagé en octobre 2018 par une belle-fille de Chun, dont le nom de famille est Lee, qui revendiquait que cette saisie dans le complexe résidentiel de l'ancien président était injustifiée car elle est à son nom.

La résidence toute entière a été mise aux enchères en 2018 à la demande du Parquet pour régler des amendes impayées de l'ex-président.

Chun, un ancien général de l'armée de terre qui a pris le pouvoir par un coup d'Etat en 1979 et a été président de 1980 à 1988, a été ordonné par la Cour suprême en 1997 de payer plus de 220 milliards de wons (199 millions de dollars) pour avoir amassé des fonds secrets.

L'ex-chef de l'Etat âgé de 90 ans a refusé de payer et a été privé de ses privilèges d'ancien président à cause de sa condamnation pour trahison et corruption.

La Haute Cour de Séoul a jugé l'année dernière que la principale résidence et le jardin ne devaient pas faire l'objet de la saisie comme les preuves étaient insuffisantes pour prouver que la famille de Chun les a acquis illégalement.

La résidence a été vendue aux enchères en 2019 pour environ 5,14 milliards de wons, mais l'identité de l'acheteur n'a pas été dévoilée.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page