Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

SEOUL, 06 avr. -- La dette nationale de la Corée du Sud a augmenté du plus haut montant jamais enregistré l'année dernière alors que le pays a mis en œuvre des dépenses budgétaires expansionnistes visant à lutter contre les retombées de la pandémie de nouveau coronavirus (Covid-19), a annoncé ce mardi le ministère de l'Economie et des Finances.

La dette nationale, qui couvre les ventes d'obligations et les emprunts financiers des gouvernements central et provinciaux, a atteint un record de 846.900 milliards de wons (750,5 milliards de dollars) à la fin décembre, en hausse de 123.700 milliards de wons par rapport à l'année précédente, selon un compte rendu sur les dépenses nationales de 2020.

Le rapport, approuvé par le cabinet, sera soumis à l'Assemblée nationale au plus tard en mai, après examen par l'agence nationale d'audit.

La forte augmentation de la dette nationale est survenue alors que le gouvernement a vendu davantage d'obligations pour financer ses dépenses budgétaires expansionnistes conçues pour faire face aux retombées économiques du Covid-19.

L'année dernière, le pays a élaboré quatre budgets supplémentaires totalisant 67.000 milliards de wons dans le but de financer des programmes de secours d'urgence. Le budget national 2020 s'élevait à 512.300 milliards de wons.

En conséquence, le ratio dette/produit intérieur brut (PIB) du pays s'est établi à 44% l'an dernier, contre 37,7% l'année précédente.

Son déficit budgétaire s'est également creusé l'an passé alors que les dépenses liées à la pandémie ont explosé tandis que les recettes fiscales ont diminué, a indiqué le ministère.

Le solde budgétaire géré, un indicateur clé de la santé budgétaire, a enregistré un déficit de 112.000 milliards de wons l'année dernière, le plus important en neuf ans et plus du double du déficit de 54.400 milliards de wons en 2019.

La quatrième économie d'Asie s'est contractée de 1% l'an dernier, le premier recul annuel depuis la crise financière asiatique (1997-1998). Mais il s'est réduit dans une marge bien moindre que la plupart des autres pays avancés.

Le mois dernier, Séoul a créé un autre budget supplémentaire destiné à financer le programme d'aide de 20.700 milliards de wons en faveur des travailleurs indépendants et des groupes vulnérables. Il a élaboré un budget national record de 558.000 milliards de wons pour cette année.

Avec la dernière enveloppe supplémentaire, la dette nationale devrait arriver à 965.900 milliards de wons cette année. Le ratio dette/PIB atteindra probablement 48,2%.

Dans les directives budgétaires 2022 dévoilées la semaine dernière, le ministère des Finances a annoncé qu'il chercherait à améliorer la solidité budgétaire et à freiner la croissance de la dette pour gérer les caisses de l'Etat de manière durable.

Pendant ce temps, les actifs de l'Etat du pays s'élevaient à 2,49 millions de milliards de wons à la fin décembre, en hausse de 190.800 milliards de wons par rapport à l'année précédente. Son passif total a atteint un record de 1,98 million de milliards de wons, en hausse de 241.600 milliards de wons par rapport à l'année précédente et marquant le plus grand gain annuel depuis 2012.

La forte augmentation du passif total résulte d'une augmentation des charges à payer sur les programmes de retraite de l'Etat et des ventes d'obligations gouvernementales, a expliqué le ministère.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page