Go to Contents Go to Navigation

Notre site utilise des cookies et d'autres techniques pour offrir une meilleure qualité de service. En continuant à visiter le site, vous acceptez l'usage de ces techniques et notre politique. Voir en détail

Vidéos

Une entreprise nord-coréenne perd son procès à Séoul dans le cadre d'un litige sur des exportations

06.04.2021 à 22h55 replay time01:41

Regarder la prochaine

SEOUL, 06 avr. -- Une société nord-coréenne a perdu ce mardi un procès contre quatre entreprises sud-coréennes alors qu'elle réclamait des paiements pour l'exportation de zinc à la Cour centrale du district de Séoul.

Ce genre de bataille juridique entre entreprises du Nord et du Sud à un tribunal à Séoul est rarissime. L'histoire remonte à 2010, année où la société nord-coréenne, membre de la Fédération pour la coopération économique nationale nord-coréenne, a fourni du zinc aux quatre entreprises sud-coréennes.

La société générale Myongji du Nord a prétendu qu'elle n'a pas reçu 5,3 milliards de wons (4,7 millions de dollars) d'impayés pour ses exportations de zinc à cause des mesures mises en place le 24 mai 2010 par l'administration Lee Myung-bak à la suite du naufrage de la corvette Choeonan, interdisant notamment les échanges économiques intercoréens dont les transferts bancaires.

La fédération nord-coréenne et Myongji avaient porté plainte contre ces quatre entreprises sud-coréenne au tribunal à Séoul à travers un intermédiaire sud-coréen.

Kim Han-shin, le directeur du Centre de recherche de la coopération économique intercoréenne (IKECRC) s'était engagé dans ce procès. Les quatre entreprises sud-coréennes ont assuré qu'elles ont effectué les paiements à travers une société chinoise qui a servi d'intermédiaire pour l'importation de zinc.

Le tribunal de première instance a jugé en faveur des entreprises sud-coréennes. Kim a noté que «les Nord-Coréens m'ont confié le procès à l'ouverture des contacts intercoréens qui avaient été interrompus pendant 10 ans». «Je n'ai pas suffisamment préparé de justificatifs et de preuves en raison de la pandémie de nouveau coronavirus et je vais faire appel en consultation avec notre avocat.»

Le tribunal de Séoul a déclaré qu'il n'y a pas suffisamment de preuves pour conclure que l'entreprise nord-coréenne a traité directement avec les entreprises sud-coréennes, reconnaissant qu'une entreprise tierce semble avoir été impliquée dans la vente du zinc aux défendeurs.

Le tribunal a également déclaré que la Corée du Sud était compétente dans cette affaire, car les preuves nécessaires à la procédure judiciaire, y compris les documents connexes, se trouvent toujours dans le pays.

(Yonhap)

(FIN)

Les vidéos les plus vues
Accueil Haut de page